Default profile photo

21 Juillet 2018 | 9, Av 5778 | Mise à jour le 19/07/2018 à 12h42

Rubrique Régions

Philippe Wolff : « Des familles viennent s’installer à Metz »

(dr)

Philippe Wolff est le président de la communauté israélite de Metz. Avec un groupe de bénévoles, il est à l’origine de la campagne de publicité « AlyahMetz », publiée dans Actualité juive, que certains ont jugé outrancière à cause de l’utilisation du mot « alyah ». Dans l’entretien qu’il nous accorde, il assume ses positions.

Actualité juive: L’utilisation du terme « alyah » pour Metz a heurté certains pour qui ce terme ne doit être utilisé que pour une immigration vers Israël. Le comprenez-vous ?

Philippe Wolff : J’avoue avoir été très surpris par la polémique. Il faut comprendre la genèse du projet. A Metz, nous avons une vie communautaire dynamique, agréable, mais qui souffre de ne pas être assez connue. Toutes les familles qui viennent s’installer   à Metz nous disent que c’est un hasard heureux de nous avoir découvert, car nous ne faisions pas de publicité jusque-là. Nous avons voulu communiquer de façon moderne et une pointe d’humour, attractive et la formule de « AlyahMetz » s’est imposée : sans aucune arrière pensée, nous nous sommes dit que cela résumait bien notre idée. Il ne s’agit en aucun cas de faire de la concurrence à Israël, nous sommes extrêmement sionistes et certains membres de notre communauté ont également fait l’alyah. Il s’agit de proposer une alternative à ceux qui veulent quitter leur coin, sans vouloir/pouvoir aller vivre en Israël. On veut qu’ils se disent qu’il existe un endroit où il fait bon vivre, pas loin de Paris, avec toutes les structures communautaires et un marché du travail relativement florissant : un taux de chômage très faible, avec des salaires qui sont presque deux fois plus élevés que la moyenne en France. Sans compter les avantages sociaux considérables pour les familles.  


A.J.: Outre les polémiques, quelles ont été les retombées concrètes de cette publicité ?

P. W. : On ne peut pas se plaindre : maintenant on parle de Metz partout, y compris dans les journaux israéliens (rire). Concrètement, nous avons eu une vingtaine d’appels de familles intéressées par le projet. Seulement un départ pour Metz, comme pour Israël, demande une organisation, notamment professionnelle. Chaque année, entre deux et cinq familles viennent s’installer à Metz et il s’agit, la plupart du temps, de Parisiens qui ont cherché un travail dans les environs. Plus largement, cela a suscité un débat de fond sur l’accueil des olim de France et à très haut niveau : le gouvernement israélien a demandé à Dov Maïmon de réfléchir pour faciliter l’alyah française. Ca a généré une réflexion : est-ce qu’Israël fait réellement tout ce qui est en son pouvoir pour faciliter l’alyah des juifs de France ? AlyahMetz a été une sorte d’électrochoc pour eux. Le fait est que notre publicité va peut-être contribuer à faire progresser les droits des nouveaux immigrés français en Israël !



« On ne peut pas se plaindre : maintenant on parle de Metz partout, y compris dans les journaux israéliens »


A.J.: Pensez-vous qu’il est possible d’être heureux en France, en tant que juif ?

P. W. : Oui, on peut vivre en France, une vie juive complète sans vivre dans la peur. A Metz, c’est le cas. Bien sûr, on est vigilant au niveau sécuritaire, mais jusqu’à présent il n’y a pas eu de faits grave à Metz et sa région. On est en Alsace-Moselle, un régime concordataire dans lequel le fait religieux a toujours existé. A l’école il y a des cours de religion et il n’y a pas un événement officiel public où le rabbin (ou le président de la communauté) ne soit pas invité. La religion est intégrée à la vie de la cité. On a un niveau socio-économique assez élevé, moins de problèmes liés à la délinquance, d’agressions antisémites...  On a quelque chose à apporter aux juifs qui se sentent mal et il faut le faire connaître. On souffre de ne pas être connus, alors que nous étions la principale communauté juive en France jusqu’à la moitié du 19ème siècle. Nous sommes une communauté qui a plus de mille ans d’existence ! La ville française qui a la plus longue histoire juive... 

Powered by Edreams Factory