Default profile photo

23 Juin 2018 | 10, Tammuz 5778 | Mise à jour le 21/06/2018 à 11h38

Rubrique Régions

Marseille : Les paniers de Chabbat pour les défavorisés

Dans le local avec l’un des bénévoles Paul Dahan (DR)

L’association « Les paniers de Chabbat », gérée par le Consistoire israélite de Marseille, poursuit son œuvre en faveur de tous les démunis de la communauté juive et non juive.

Dans nos sociétés développées l’émergence de l’exclusion sociale devient l’un des fléaux majeurs de notre temps. La communauté juive est également touchée par la misère et la détresse. La cité phocéenne compte environ 8 000 juifs dans une situation de précarité. Pour envisager des remèdes et pour permettre à ces nécessiteux de retrouver une identité, le Consistoire, dès le début de l’aventure en 2009, est soutenu par des partenaires, des associations, des synagogues, des commerçants, les pouvoirs publics et toutes les personnes qui pensent que c’est un devoir de venir en aide. « Cela va permettre à ces familles démunies de recevoir dans la dignité et la discrétion une aide alimentaire à l’occasion de Chabbat », avait souligné l’un des fondateurs, l’ancien grand rabbin de Marseille Jacques Ouaknin.

Aujourd’hui avec une équipe recomposée, l’association fait encore plus pour les 350 personnes qui viennent régulièrement prendre le panier de Chabbat. Le nouveau Président Benjamin Ammar fait de son mieux pour apporter de nouvelles initiatives en organisant lors des fêtes comme Pessah ou autres, des repas avec les personnes en difficulté. Gilles Mamane, responsable de l’association lance un cri d’alarme pour le manque récurrent de bénévoles notamment pendant la distribution hebdomadaire du jeudi. Effectivement c’est le jour où l’effervescence est palpable, Dans le petit local derrière la grande synagogue Breteuil, les bénévoles s’affairent à satisfaire les 180 personnes, de toutes les confessions et de tous les âges, venues recevoir le sésame du Chabbat. Après avoir récupéré son panier la petite dame croisée dans le couloir, ne cesse de remercier, ceux qui lui permettent de renouer avec la joie et l’allégresse. Une fenêtre d’espoir qui redonne le temps d’un Chabbat le goût de vivre comme les autres. 

Powered by Edreams Factory