Default profile photo

20 Mai 2018 | 6, Sivan 5778 | Mise à jour le 17/05/2018 à 12h39

Rubrique Sport

Cyclisme : Le Giro a fait sensation en Israël

(flash90.)

Le célèbre Tour d’Italie, qui a exceptionnellement pris son départ depuis Jérusalem vendredi dernier, s’est ensuite étiré du nord au sud, de Haïfa à Eilat. De quoi impressionner la population locale qui a pu découvrir les charmes de ce sport jusque-là méconnu.

Trois étapes israéliennes - Jérusalem (9,7 km), Haïfa-Tel-Aviv (167 km) et Beersheva-Eilat (226 km) - comme trois cartes postales idylliques envoyées au monde entier. En l’espace de trois jours, l’Etat hébreu a mis les petits plats dans les grands pour accueillir ce « Big start » avec sur la ligne de départ 176 cyclistes issus de 45 pays. Une opération séduction rondement menée pour booster l’industrie touristique et développer le cyclisme dans un pays où « 95 % de la population ignorait ce qu’est le Giro », rapporte le quotidien l’Equipe. Pour sa 101e édition, le Giro est donc devenu le premier grand Tour à s’élancer hors d’Europe.  Pour voir défiler les stars du vélo comme Christopher Froome ou Tom Dumoulin (lauréat du Giro 2017), Israël aurait déboursé, selon plusieurs sources, plus de 10 millions d’euros, pour convaincre les organisateurs de la course transalpine... Bingo pour Israël ! Même le Premier ministre Binyamin Netanyahou s’est mis à promouvoir l’événement, signe de l’importance stratégique de celui-ci.  « Des coureurs du monde entier vont parcourir la terre d'Israël et ses paysages, et du même coup pourront relayer une impression positive de l'État d'Israël dans le monde », s'est-il récemment félicité, apparaissant également sur un vélo dans une vidéo publicitaire. Derrière cette décision de confier les trois premières étapes du Giro à Israël se cache Sylvain Adams, un homme d’affaires d’origine canadienne installé dans le pays depuis deux ans. Passionné de vélo, il a lui-même financé une partie de la compétition. C’est lui aussi qui a fondé en 2015 l’Israel Cycling Academy qui a recruté ses coureurs via Facebook et compte dans ses rangs plusieurs nationalités (belge, espagnole, canadienne). L’ICA a bénéficié d’une wild-card pour prendre part au Giro. Une invitation synonyme de Graal pour cette équipe au budget confortable de 6 millions d’euros qui a pu se frotter au haut niveau en mars dernier lors du Milan San-Remo. 

Vendredi dernier, le coup d’envoi a été donné Porte de Jaffa, en plein coeur des murailles de Jérusalem, dans un décorum forcément atypique pour une course cycliste. Et l’émotion était palpable dans les rangs de l’ICA. Guy Sagiv et Guy Niv, les deux seuls coureurs 100% locaux, étaient aux anges. « Au départ, j’avais cette drôle impression que le sol tremblait. Ce fut une expérience que je n’ai jamais eue auparavant. Tout au long du parcours, je sentais les encouragements du public », a déclaré le premier. Et le second d’ajouter : « Chaque fois que j'avais mal aux jambes, je regardais simplement les côtés et sentais la foule me pousser et m'encourager et soudainement je pouvais pousser plus fort. » Pour Ron Margaliot, manager italien de l’ICA,  « l’objectif est de créer un élan, un lien social, d’aider de jeunes Israéliens à passer pros ». 

Endossant le premier maillot rose du Giro 2018, Tom Dumoulin a apprécié la première étape dans la ville sainte. « Jérusalem m'a aidé, j'ai aimé ces rues. C'est une ville passionnante avec une culture particulière. Les foules étaient incroyables », a-t-il témoigné. L’étape Haïfa-Tel-Aviv a, quant à elle, été remportée par l’Italien Elia Viviani, alors que pendant une grande partie de la course, le coureur canadien de l’ICA, Guillaume Boivin, était en tête, à la grande joie des spectateurs. « Ce qui m'a le plus surpris, ce sont les gens en Israël », a déclaré Viviani. « Les fans sont fantastiques. Ils étaient en nombre sur les routes », a poursuivi celui qui s’est offert l’étape suivante, du désert du Néguev jusqu’au bord de la mer Rouge. Après cette parenthèse israélienne de trois jours, vue par Tom Dumoulin comme « une belle expérience pour aider à la promotion de notre sport », les coureurs ont regagné l’Italie. Presque comme si rien n’était. 

Powered by Edreams Factory