Default profile photo

15 Octobre 2018 | 6, Heshvan 5779 | Mise à jour le 11/10/2018 à 12h50

Rubrique Sport

Le foot comme trait d’union

L’organisation estudiantine a fait venir à Paris, du 6 au 11 mai, une équipe israélienne de la localité d’Abou Gosh composée d’une quinzaine jeunes juifs et arabes.

Ce projet sportivo-culturel, l’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF) le mène maintenant depuis presque dix ans dans l’optique de  « promouvoir  la tolérance ». La venue à Paris d’une quinzaine jeunes juifs et arabes de l’équipe de football d’Abou Gosh, village à majorité musulmane situé non loin de Jérusalem, s’inscrit dans une volonté de faciliter le dialogue et le vivre-ensemble. Accompagnés d’éducateurs, ces jeunes footballeurs issus de milieux défavorisés ont multiplié les déplacements dans la capitale et en région parisienne, en partenariat avec les mairies et des associations locales. Le 6 mai, ils participaient au match interreligieux de la fraternité à Massy. Le lendemain, ils disputaient une rencontre Porte d’Orléans face à l’équipe des Antillais du 19eme arrondissement. Un tournoi à Sarcelles et une rencontre avec la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, figuraient aussi au menu de leur séjour parisien. L’UEJF justifie la nécessité de son initiative « dans un climat où l’importation du conflit israélo-palestinien provoque parfois une montée de la haine et du rejet de l’autre ». « Ces partenariats en Ile-de France permettent de rappeler l’importance de l’échange dans un contexte républicain français où les valeurs de Liberté, Egalité et Fraternité sont centrales », tient à préciser le mouvement présidé par Sacha Ghozlan.

Powered by Edreams Factory