Default profile photo

21 Août 2018 | 10, Elul 5778 | Mise à jour le 27/07/2018 à 12h36

25 août - Chabbat Ki Tétsé : 20h31 - 21h38

Rubrique Communauté

Frédéric Simonin : « La cuisine est une question d’émotion et de partage »

(DR)

Il a travaillé avec les plus grands avant d’ouvrir son restaurant à Paris. Le chef étoilé Frédéric Simonin a accepté d’être en cuisine pour le gala de l’association Lev mardi 19 juin à Paris. Rencontre.

Actualité Juive : Lev vous a donné carte blanche pour réaliser le menu de son gala. Y a-t-il quelque chose de spécial à cuisiner pour une soirée caritative ?

Frédéric Simonin : Non. Je ne regarde jamais si je cuisine pour une association ou dans mon restaurant. Je cuisine toujours avec le cœur car la cuisine est une question d’émotion et de partage. Ce qui sera particulier en revanche sera de préparer un menu gastronomique casher. Et encore… Qui connaît les règles de casheroute, la halakha et la grande cuisine française est capable à mon sens de faire des choses exceptionnelles. C’est peut-être un peu prétentieux mais je crois que casher et grande cuisine française peuvent aller de pair dans des plats qui sortent de l’ordinaire. 


A.J.: Connaissiez-vous les activités de l’association Lev ?

F.S. : Oui, c’est pourquoi j’ai dit oui avec plaisir quand elle me l’a demandé. Vous savez, les négociations à tous les niveaux, même diplomatiques, s’arrangent toujours autour d’une table. L’homme a besoin de bien se nourrir et avec Lev, on va essayer de satisfaire les convives et de nourrir leurs âmes pour leur donner du plaisir…


A.J.: L’an dernier, vous avez déclaré en participant au « So French, so Food » en Israël que vous aviez « réalisé l’un de (vos) rêves : cuisiner à Jérusalem ». Racontez-nous. 

F.S. : C’était formidable et tous les cuisiniers partis avec moi, même ceux qui n’étaient pas croyants ou avaient des croyances différentes des miennes, en sont revenus bouleversés. Il y a quelque chose de fondamental ancré dans les pierres de Jérusalem. J’ai beaucoup d’amis en Eretz Israël. Pendant le festival, nous nous étions retrouvés en pleine nuit au marché de Mahané Yehouda avec un ami restaurateur qui avait ouvert pour nous son restaurant. L’atmosphère était unique et la cuisine israélienne... Un melting-pot de goûts et de parfums tout à fait unique. 

Powered by Edreams Factory