Default profile photo

10 Décembre 2018 | 2, Tevet 5779 | Mise à jour le 10/12/2018 à 06h21

Rubrique Communauté

Cérémonie annuelle de bénédiction avant l'alyah: « Vous allez nous manquer »

Joël Mergui remettant à Natan Sharansky le parchemin imprimé des noms des olim de l’année. (Alain Azria)

Mercredi 13 juin, dans la synagogue de la rue Buffault, le Consistoire a célébré pour la onzième année consécutive les Juifs de France qui s’installeront cette année en Israël.

Drapeaux frappés de l’étoile de David et ballons bleus et blancs s’affichent fièrement comme lors des festivités de Yom Haatsmaout. Dans les allées du lieu de culte, la joie se mêle à l’émotion du moment. On y trouve des jeunes familles avec enfants ou encore des couples de retraités. Chacun est conscient que cette soirée particulière marque en quelque sorte le début d’une nouvelle vie. 

Dans quelques semaines, ils résideront à Jérusalem, Tel-Aviv, Netanya ou ailleurs. Daniel Benhaïm, le directeur de l’Agence juive en France, a souhaité « un bon retour à la maison » aux futurs olim. De son côté, le président du Consistoire Joël Mergui, instigateur en 2006 de cette cérémonie qui a pleinement trouvé sa place dans le calendrier communautaire, a reconnu avoir « un petit pincement au coeur » tout en ressentant de la « joie ». « Vous allez chacun manquer à la communauté juive. Mais vous allez enrichir la communauté francophone en Israël », a-t-il martelé avant la première pause musicale magnifiquement interprétée par le chanteur Miky Gabay. 



Le début d’une nouvelle vie

En l’absence ce soir-là d’Aliza Bin-Noun, Marc Attali, ministre plénipotentiaire de l’Ambassade d’Israël en France, a affirmé devant l’assistance que « tout ne sera pas facile ». « Mais beaucoup de choses le deviendront. Vous allez vivre un renouveau ». Le grand rabbin de Paris Michel Guggenheim  a prôné une « alyah qui ne doit pas être uniquement une ascension physique mais aussi une ascension spirituelle ». Dans son discours plein de fougue, le député Meyer Habib a félicité ceux et celles qui ont « fait ce choix unique ». « Je ferai tout pour vous faciliter la tâche. D’immenses efforts ont déjà été faits en termes de reconnaissance de diplômes et du permis de conduire ». Comme à chaque fois, le président du Consistoire a remis à Natan Sharansky, président mondial de l’Agence juive, le traditionnel parchemin sur lequel est inscrit le nom de chacun des olim de cette année 2018. Pour ne jamais les oublier. 

Powered by Edreams Factory