Default profile photo

17 Décembre 2018 | 9, Tevet 5779 | Mise à jour le 17/12/2018 à 17h07

Rubrique Culture/Télé

Ambre Bartok : « Jean-Jacques Goldman est typiquement ashkenaze »

La journaliste Ambre Bartok publie « Les Goldman » aux éditions Pygmalion, une biographie qui retrace le destin des deux frères, Pierre et Jean-Jacques, qui ont tout deux embrassé de grands destins.

Actualité Juive: Qu’est-ce qui vous a poussée à vous intéresser au destin des frères Goldman ? Comment avez-vous enquêté ?

Ambre Bartok : Jean-Jacques Goldman est un immense parolier. Son frère est la plume la plus bouleversante que j’ai jamais lue. Peu de familles ont la chance d’avoir deux génies en leur sein. C’est pourquoi j’ai voulu les réunir dans un livre. 

Quant à l’enquête, je connaissais « L’affaire Pierre Goldman », savais qu’il avait été braqueur, condamné à perpétuité pour double meurtre, innocenté puis assassiné à 35 ans mais avais besoin d’avoir des informations de la bouche d’un premier rôle du procès. J’ai donc rencontré Maître Georges Kiejman, son avocat d’alors, pour parler du dossier. Maître Francis Chouraqui était l’un des intimes de Pierre. Il m’a renseignée sur l’humour de son ami, sa finesse d’âme. Enfin, on m’a confié une centaine de lettres inédites que Pierre avait écrites. Un trésor qui a achevé de me renseigner sur le génie face auquel je me tenais. 

Concernant Jean-Jacques Goldman, j’ai lu et visionné nombre de ses interviews, écouté toutes ses chansons, lu le livre qu’il a co-écrit avec Alain Etchegoyen, eu accès à des vidéos confidentielles de lui. Je me suis également aperçu que j’avais quelques relations communes avec lui, ce qui m’a permis d’en apprendre plus sur le « Jean-Jacques Goldman non officiel » et de constater qu’il était aussi beau que derrière les écrans.    

 

A.J.: Etaient-ils pétris de leurs  origines juives ? Celles-ci ont-elles influencé leurs parcours ?

A. B. :  Pétris, absolument. Pierre s’est exprimé sur ce sujet plus que sur tout autre. Si on omet la chanson « Comme toi » de Jean-Jacques, sa relation à son ascendance n’est flagrante que pour un autre juif. Il est typiquement ashkénaze de par sa tournure d’esprit, ses inquiétudes, sa pudeur aussi. La souche israélite des Goldman a assurément influencé leurs parcours. Voilà pourquoi Pierre a écrit deux livres qui parlent de judaïsme, pourquoi Jean-Jacques est engagé dans beaucoup d’œuvres caritatives communautaires et suit la politique israélienne de près. Le chapitre sur la relation des Goldman au judaïsme tient sans doute la plus grande place dans mon livre.


A.J.: Comment expliquez-vous le désir viscéral de Jean-Jacques Goldman de rester désormais dans l’ombre ?

A. B. : Cet homme est l’élégance personnifiée. Il doit se dire qu’il est temps de disparaître pour laisser de jeunes talents éclores. Je pense cependant, ou peut-être formulé-je un vœu… qu’il peut revenir. Pas en chantant mais en partageant un livre d’échanges avec une journaliste par exemple… Je ne l’ai pas sollicité pendant l’enquête puis la rédaction de mon ouvrage, je lui ai simplement envoyé le manuscrit avant parution. Il ne s’est pas manifesté depuis, mais je crois savoir que son « silence oblitère » comme le dit Paul Auster. Ne me demandez pas pourquoi je crois cela, je ne peux en dire plus…

Powered by Edreams Factory