Default profile photo

22 Août 2018 | 11, Elul 5778 | Mise à jour le 27/07/2018 à 12h36

25 août - Chabbat Ki Tétsé : 20h31 - 21h38

Rubrique Judaïsme

Un vrai travail sur soi

Le commentaire de la Semaine par Rav Elie Lemmel Directeur de l’Association lev, La Maison de la Famille et lamed.fr

Moché rabbenou le maitre de tous les prophètes est décrit dans un passage de la Torah par sa qualité suprême. « Anav meod » c'est-à-dire extrêmement humble

Rachi sur place décrypte le sens de ce mot humble en nous disant « chafal vesavlan », il se faisait petit et il supportait

Ce mot  « savlan »  nous renvoie à un concept fondateur qui est d’après l’enseignement du saba miKelm à l’origine du développement de tous les traits de caractère positifs.

Apprendre à supporter l’autre pour mieux en devenir le supporter ! Supporter c’est être capable d’assumer une réalité ne nous convenant pas sans nous en débarrasser immédiatement. C’est aussi réussir à ne point nous mettre dans une réaction immédiate quand nous ne sommes pas d’accord avec certaines situations ou certaines paroles

C’est apprendre à faire preuve de retenue et de mesure pour ne point dire des choses sans réfléchir auparavant à leur portée. Nous voyons tous au quotidien ô combien l’absence de cette qualité de savlanout peut créer de grands préjudices. Nous savons qu’elle peut être à l’origine de spirales nous entraînant à dire ou à agir de manière insensée.

Elle est là pour nous apprendre à avoir une réelle maîtrise sur nos sentiments sans être obligés de les annihiler. Elle est l’expression même des Midot c'est-à-dire cette capacité à être dans la mesure. Comment acquérir et développer cette qualité fondamentale ? Comment faire en sorte qu’elle soit présente chez nos enfants ?

La lecture d’ouvrages traitant du sujet sera sûrement bénéfique, mais suivant l’enseignement de Rav Wolbe, ce qui sera le plus important c’est avant tout d’entrer dans l’univers des exercices pratiques

S’obliger à ne point réagir à chaud et prendre le temps d’analyser les vrais enjeux d’une situation ne peut être que bénéfique et se bloquer volontairement dans l’expression de notre réaction  est un choix faisable par tout le monde.

Il suffit de s’habituer tous les jours à résister à une envie de réagir, et réfléchir pendant ce moment là a une autre hypothèse de réaction.

Cela évitera d’être obligé d’effectuer des sessions de rattrapage à cause d’un mot, d’une attitude voire même d’un geste générateur plus de destruction que de construction.

Mais au delà de cette nécessité dans l’univers des relations, il serait bon d’apprendre aussi à se supporter soi même. Savoir s’accepter sans faire preuve de complaisance et voir dans les défauts que nous découvrirons  chez nous les prémisses d’un programme de travail sur soi. Ne point tomber dans une vision coupable de nous même quand nous nous confrontons à nos erreurs et nos échecs et que l’analyse du pourquoi de ceux ci nous révèle nos défauts. Ne point aller vers une sorte de fatalisme  qui pourrait être alors à l’origine de l’arrêt de nos combats intérieurs

En apprenant aussi à se supporter l’individu réalise ses propres dimensions négatives et peut alors d’une meilleure manière supporter celles des autres.

Il réalise que les dysfonctionnements sont des éléments inhérents à l’humain et que pour les faires disparaître un effort régulier et un travail en profondeur sont absolument nécessaires.

Cela crée alors chez lui un regard différent sur les autres quand il doit les supporter.

C’est sans doute de cette manière  que l’on peut progresser pour réussir à être comme la Thora nous le demande à « l’image » de moché rabbénou.

Powered by Edreams Factory