Default profile photo

24 Septembre 2018 | 15, Tishri 5779 | Mise à jour le 21/09/2018 à 13h05

Rubrique Régions

Montbéliard : La synagogue qui fait de la résistance

La synagogue construite en 1888 (DR)

La Société d’Histoire des israélites d’Alsace et de Lorraine (Shial) organise, dimanche 17 juin, une journée de découverte de la communauté juive de Belfort et de la synagogue de Montbéliard qui survit grâce à la volonté d’un homme.

La Société d’histoire des israélites d’Alsace et de Lorraine, présidée par Jean-Camille Bloch, propose chaque année un voyage en autocar depuis Strasbourg sur les traces de la diaspora juive alsacienne. En 2017, un groupe a découvert la communauté de Bâle (Suisse), dont de nombreux membres sont lointainement originaires d’Alsace. Cette année, les participants iront sur les traces des communautés juives belfortine et montbéliardaise, qui furent très largement composées de familles alsaciennes ayant quitté l’Alsace lors de la Révolution française, des attaques antisémites de 1848 ou, par attachement à la France, après l’annexion de la province à l’Allemagne en 1871. A Belfort, la communauté est assez vivante et reçoit toutes les semaines la visite du rabbin Levintov.

A Montbéliard la situation est plus délicate. Sans la détermination de Patrick Bernheim, qui a grandi à Montbéliard avant d’aller faire sa vie à Paris, la belle synagogue construite en 1888, sise dans le centre de la ville, n’en serait plus vraiment une depuis longtemps. « Ça me fait de la peine d’avoir vu la communauté dépérir, rapporte ce septuagénaire qui est par ailleurs administrateur de la communauté parisienne Montevideo. J’organise une dizaine d’offices par an. Je contacte les six juifs de la ville et je fais venir des membres de ma famille pour compléter le mynian. Il y a encore plusieurs sifré Torah dans la synagogue. Ce lieu doit rester une synagogue et je refuse qu’elle soit désacralisée ». Patrick Bernheim, seul détenteur des clés de la bâtisse, se surprend à « rêver » que de nouvelles familles s’installent un jour dans le berceau des automobiles Peugeot. « Mon plus grand plaisir serait de remettre les clés à quelqu’un de plus jeune et de plus actif que moi qui saurait faire vivre la synagogue chaque chabbat ». 


Pour participer au voyage : n.schwab@laposte.net

Powered by Edreams Factory