Default profile photo

22 Octobre 2018 | 13, Heshvan 5779 | Mise à jour le 22/10/2018 à 11h56

Rubrique Communauté

Programme NOÉ pour la jeunesse : Neuf nouveaux talents détectés

Isser et Annaëlle Lubeicki portent « une autre voix » (DR)

La dernière session de l’appel à projets de NOÉ avant la période estivale a, une fois encore, révélé de jeunes personnalités engagées dans leur judaïsme et impliquées dans le renforcement du lien social.

A l’issue d’une soutenance à l’oral devant le Jury composé des Fondations partenaires et d’experts, neuf candidats ont vu leur projet devenir lauréat de la dernière session de NOE avant l’été, bénéficiant d’un soutien financier et d’un accompagnement dédié. Ce moment du grand oral, souvent redouté par les candidats, fait toujours éclater des personnalités dès les premières minutes de la présentation. Début juillet, à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, neuf projets ont été présentés. Des initiatives sociales et engagées contre l’exclusion comme le projet « Skola » d’Hanna Berrebi qui a obtenu la bourse maximale de 10 000 euros.
A 19 ans, cette étudiante en médecine, animatrice aux EEIF et bénévole pour l’association Sephora Berrebi, a convaincu le Jury sur une plateforme de e-learning pour assurer la scolarité des enfants hospitalisés en longue durée. « Avec Skola, nous proposerons des cours en format papier et des cours vidéos en direct avec des professeurs », explique Hanna Berrebi à Actualité juive. « Nous commencerons par des cours de maths et d’anglais pour des élèves de la 5e à la 3e ». La plateforme est attendue en janvier 2019. Hanna Berrebi espère s’appuyer sur les écoles juives et les aumôniers israélites, partenaires de l’association Sephora Berrebi, pour la phase de lancement. 
Autre projet visant lui-aussi la socialisation des enfants et leur inclusion sociale et communautaire, celui de l’association « Une autre voix »(1) fondée par Isser et Annaëlle Lubeicki. Le projet a beaucoup plu au Jury, et consiste en la création d’un Talmud-Torah pour enfants sourds et malentendants et la mise en ligne de cours de Torah en langue des signes. « Nous fréquentons la communauté sourde et nous nous étions rendu compte qu’il y avait des enfants en demande en Ile-de-France et beaucoup en région. C’est assez difficile pour les personnes sourdes et malentendantes de trouver où apprendre l’hébreu », indique Annaëlle Lubeicki.
Chez les Lubeicki, des réunions marquant les fêtes juives et plus encore sont très souvent organisées. Pessah, Pourim, Souccoth, quiconque peut vivre et éprouver son identité juive.

(1) Renseignements : 06.50.27.11.93. E-Mail : annaellelub@gmail.com

Powered by Edreams Factory