Default profile photo

19 Juillet 2018 | 7, Av 5778 | Mise à jour le 18/07/2018 à 18h05

21 Juillet - Chabat Dévarim - Chabbat 'Hazon : 21h26 - 22h44

Rubrique Culture/Télé

Maurice-Ruben Hayoun : « L’histoire de Joseph est romanesque »

(DR)

Le philosophe publie « Joseph, un jeune Hébreu devenu vice-roi d’Egypte », aux éditions Hermann. L’occasion de découvrir ce personnage biblique trop méconnu.

Actualité Juive : En quoi l'histoire de Joseph est-elle un mythe fondateur du judaïsme ?

Maurice-Ruben Hayoun - Joseph réunit en lui-même plusieurs aspects de l'histoire biblique: d'abord, il est haï par ses propres frères, à l'instar du peuple d'Israël qui est haï par l'écrasante majorité de l'humanité. Ensuite, Joseph a été vendu comme esclave par ses propres frères, ce qui prévoit, d'une certaine façon, l'esclavage d’Égypte, événement national fondateur de toute l'histoire du peuple hébreu. Pour finir, il a vécu en exil en Égypte, certes un exil doré à la cour du Pharaon, mais un exil tout de même. Et aussi, il a demandé à avoir une sépulture en terre d'Israël, ce qui signifie que ses racines sont restées les mêmes,  celles d'un Judéen soucieux d'être réuni aux siens. 


A.J.: En quoi incarne-t-il le dialogue interreligieux ?

M-R. H. : Il a vécu au sein d'un peuple idolâtre sans faire de compromissions, malgré son mariage avec une étrangère,      de surcroît fille d'un grand prêtre du Dieu égyptien. Mais il a fait passer l'amour de l'humanité, de l'universel humain avant tout particularisme rituel. Il a dialogué avec son patron, le Pharaon, et a œuvré au sauvetage de son pays d'adoption.  Il a dirigé une économie de guerre, préservant ses concitoyens de la disette et de la famine. En aucun passage on ne trouve dans ses paroles la moindre remarque désagréable au sujet de l’Égypte et des Égyptiens. Vivre en bonne intelligence chez un peuple qui n'est pas le vôtre, c'est une forme de dialogue, c'est rendre hommage à sa dignité d'homme et de créature divine. 


A.J.: Vous rappelez que la Bible consacre à Joseph autant de chapitres qu’à Abraham. Comment expliquez-vous pourtant que son histoire semble être relayée au second plan ?

M-R. H. : Pour la raison que je viens d'évoquer précédemment. L’Égypte ne pouvait plus servir de modèle. Le destin du peuple d'Israël se situait ailleurs. Mais Joseph est resté un modèle du fait même que selon la Torah orale, c'est Moïse en personne qui s'est occupé de ramener ses ossements en Terre d'Israël. Le Talmud n'en tient pas moins à ce héros semi légendaire puisqu'il le place aux côtés des autres patriarches. On a gardé de lui l'image d'un homme qui sut maîtriser sa passion, en ne cédant pas aux appels de madame Putiphar notamment.


Maurice-Ruben Hayoun, «Joseph, un jeune Hébreu devenu vice-roi d’Egypte», Editions Hermann, 260 p, 25 euros

Powered by Edreams Factory