Default profile photo

14 Décembre 2018 | 6, Tevet 5779 | Mise à jour le 13/12/2018 à 11h38

15 décembre - Chabbat Vayigache : 16h35 - 17h49

Rubrique France/Politique

Rebondissements dans l’affaire Sarah Halimi

(DR)

De nouvelles expertises psychiatriques du tueur de Sarah Halimi concluent à une abolition du discernement au moment des faits. Selon l’article 122-1 du code pénal, celles-ci pourraient lui éviter un procès et la prison.

En septembre dernier, le docteur Daniel Zagury, expert réputé auprès de la cour d’appel de Paris, jugeait Kobili Traoré, l’assassin de Sarah Halimi, accessible à une sanction pénale. Un nouveau rebondissement pourrait remettre en cause son verdict et ses conséquences. En effet, un an après les faits, la juge a commandé des nouvelles expertises psychiatriques qui concluent à une abolition du discernement. Cela signifie que les psychiatres considèrent que le tueur n’était pas responsable de ses actes lorsqu’il a supplicié et assassiné Sarah Halimi. Que la maladie mentale a pris le pas sur son libre arbitre. « La seule mesure qu’il reste aux parties civiles, c’est de solliciter une nouvelle mesure d’expertise », explique Me Jean-Alex Buchinger, avocat des enfants de Sarah Halimi. Si celle-ci conclut de nouveau à une abolition du discernement, Kobili Traoré pourrait éviter un procès ainsi que la prison, selon l’article 122-1 du code pénal. 

L’autre rebondissement de l’affaire, est le refus de la cour d’appel de procéder à une reconstitution. « Le 30 mai, nous avons eu une audience devant la chambre de l’instruction et unanimement, (y compris l’avocat de Traoré), nous étions d’accord sur la nécessité de faire une reconstitution des faits. Pour nous, celle-ci était indispensable pour démontrer que Traoré avait prémédité son meurtre, et apporter la démonstration du dysfonctionnement grave des policiers venus sur les lieux au moment du meurtre », précise Me Buchinger. Or, la cour a confirmé l’ordonnance de refus de reconstitution. Une nouvelle requête en ce sens est prévue dans les mois à venir. Affaire à suivre, donc. 

Powered by Edreams Factory