Default profile photo

22 Octobre 2018 | 13, Heshvan 5779 | Mise à jour le 22/10/2018 à 11h56

Rubrique Monde juif

Archives juives irakiennes aux Etats-Unis

(DR)

Le Département d’Etat a fait savoir qu’il travaillait pour que les archives juives irakiennes puissent rester aux Etats-Unis.

Lors de la prise de Bagdad par les troupes américaines, celles-ci avaient découvert, dans le sous sol inondé d’un ministère, un très grand nombre de manuscrits anciens, livres, registres et autres objets juifs volés à la communauté, et qui étaient dans un piteux état. Ceux-ci avaient été récupérés avec soin et envoyés aux Etats Unis pour y être restaurés puis exposés. Selon un accord américano-irakien, de reprendre le chemin de l’Irak. 

Ce « retour » n’a jamais été accepté par les descendants des juifs irakiens spoliés par le régime de Saddam Hussein ni par leurs organisations représentatives qui vivent tous cette éventuelle restitution comme la perpétuation et la sanction d’un vol. Un peu comme si l’on rendait aux nazis ce qu’ils ont dérobé aux juifs. De son côté, l’Irak insiste pour récupérer lesdites « archives » que ce pays considère comme « son patrimoine national ».

Dans cet affrontement juridico-historique qui dure depuis des années, deux nouvelles encourageantes pour le côté juif. Tout d’abord, le Département d’Etat qui avait promis de rendre ces archives en septembre 2018, a fait savoir qu’il négociait avec l’Irak l’extension du séjour du trésor aux Etats-Unis.

Mais, il y a une semaine, un groupe de sénateurs, les deux républicains Marco Rubio (Floride) et Pat Toomey (Pennsylvanie) et les deux démocrates Charles Schumer (New York) et Richard Blumenthal (Connecticut), ont introduit une résolution recommandant que les Etats-Unis renégocie le retour des archives afin de pouvoir les garder. 

« Ces trésors culturels inestimables, (des livres de prières et des rouleaux de la Torah), appartiennent à ceux qui ont été forcés de les abandonner lorsqu’ils ont été exilés d’Irak et à leurs descendants, a souligné le sénateur Schumer. Le Département d’Etat devrait clairement dire au gouvernement irakien que ces objets doivent continuer à rester aux Etats-Unis. Où, bien entendu, ils pourront être consultés par tous, ce qui ne serait pas le cas dans l’éventualité d’une restitution. 

Powered by Edreams Factory