Default profile photo

21 Octobre 2018 | 12, Heshvan 5779 | Mise à jour le 17/10/2018 à 18h03

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Israel-Russie-Etats-Unis : vers un accord contre l’Iran en Syrie ?

Binyamin Netanyahou et Vladimir Poutine, le 11 juillet, au Kremlin, à Moscou. (Flash90.)

Alors que les frappes attribuées à Israël se multiplient, les convergences entre D. Trump et V. Poutine pourraient favoriser Jérusalem.

16 minutes. C’est le temps attendu par Tsahal pour abattre, le 11 juillet, le drone non armé parti de Syrie qui violait l’espace aérien israélien. Une durée, très longue, rendue nécessaire par un doute entourant la nationalité de l’engin : et s’il appartenait à l’armée russe ? Quelques heures avant l’arrivée de Binyamin Netanyahou à Moscou, la destruction aurait crispé les échanges avec Vladimir Poutine. 

Une fois l’interrogation levée grâce au mécanisme de « déconfliction » israélo-russe, le drone est abattu par un missile anti-aérien Patriot au-dessus de la mer de Galilée. Une incursion en territoire israélien probablement destinée à enrichir la banque de données de l’armée syrienne en matière de cibles sensibles israéliennes. 

Deux jours plus tard, un autre drone était détruit, après avoir cette fois pénétré la zone démilitarisée séparant les armées israélienne et syrienne depuis le cessez-feu signé en 1974, au lendemain de la guerre du Kippour. 


Lignes rouges israéliennes 


Pour Jérusalem, la préservation de cette zone tampon est indispensable à la mise en place d’un modus-vivendi avec Damas. 

L’autre point de négociation avec le président russe porte sur la présence des forces pro-iraniennes à la frontière méridionale du pays. Après avoir assuré un repli d’une dizaine de kilomètres, Moscou proposerait d’étendre sa portée à 40 kilomètres. Pour Jérusalem et Washington, c’est 80 km dans un premier temps, avant un retrait total de l’Iran. Une divergence à laquelle s’ajoutent les interrogations sur la capacité réelle russe à imposer ses desiderata à Téhéran. Des troupes pro-iraniennes auraient enfilé ces dernières semaines l’uniforme de l’armée syrienne lors des affrontements dans le Sud. 

« Nous ne mènerons pas d’actions contre le régime d’Assad et vous mettez dehors les Iraniens », aurait exigé M. Netanyahou, selon l’agence de presse Reuters. 

Une offre à laquelle est attentive Moscou. L’avancée des troupes loyalistes à Deraa et Quneitra (sud) écrasant les dernières poches rebelles, seules des frappes israéliennes contre des positions stratégiques pourraient en effet désormais menacer la victoire du régime. Et la dépendance russe aux troupes pro-iraniennes au sol décroît à mesure de l’écrasement des opposants au régime.

L’évolution rapide du rapport de forces en Syrie risque néanmoins de confronter Israël à une autre difficulté: mardi, plusieurs centaines de réfugiés syriens ont tenté de s’approcher de la frontière israélienne, sur le plateau du Golan, avant d’être stoppés par des militaires. 


Changement d’échelle

En parallèle des actions dans le sud syrien, on apprenait lundi que des frappes avaient ciblé la veille des positions syriennes près d’Alep, dans le nord (9 morts). Un message tombant à pic, juste avant la rencontre à Helsinki entre Vladimir Poutine et Donald Trump, avec lequel M. Netanyahou s’était entretenu en amont. Abandonner l’Iran en échange d’un retrait américain d’Al-Tanf (sud-est), voire d’un début de rerenoncement aux sanctions anti-russes liées au conflit en Crimée : l’idée fait son chemin, même si la route est longue.Les détails présentés par le Wall Street Journal sur l’attaque du 18 juin témoignent en attendant de la stratégie offensive définie par l’état-major israélien. Un temps attribuées aux forces américaines, ces frappes d’une ampleur inédite ont visé une villa abritant des miliciens chiites irakiens de la Kataib Hezbollah et des Gardiens de la révolution, à Al-Harra, à la frontière syro-irakienne. La mise en place d’un corridor stratégique par lequel transiteraient des armes en provenance d’Iran est considérée à Jérusalem comme une menace de premier plan.

Powered by Edreams Factory