Default profile photo

21 Octobre 2018 | 12, Heshvan 5779 | Mise à jour le 17/10/2018 à 18h03

Rubrique Sport

Comment avez-vous vécu le parcours de l’équipe de France durant le Mondial en Russie ?

La parole est à vous

Yoni Cohen : 37 ans, commercial

« L’équipe de France est montée en puissance tout au long de la compétition. Le groupe était soudé jusqu’au bout dans sa quête de la récompense suprême. Les choix tactiques de Didier Deschamps ont été payants. Ce que je retiens du parcours de l’équipe de France, c’est bel et bien la naissance d’une star mondiale en la personne de Kylian Mbappé. J’ajoute par ailleurs que la ferveur autour de cette équipe est importante mais beaucoup moins qu’en 1998 car la France jouait à domicile. »


Gilbert Azoulay : 53 ans, chef d’entreprise

« Les Bleus ont démarré doucement leur parcours en Russie avant de connaître l’apothéose finale. Le succès contre l’Argentine en huitièmes représente un moment charnière, capital. A ce moment-là, je me suis dit que la France ne pouvait pas perdre. J’ai eu la chance d’assister à la demi-finale contre la Belgique à Saint-Pétersbourg. L’ambiance y était exceptionnelle. J’en ai encore la chair de poule ! Le scénario de la finale était un peu fou mais l’essentiel est là : la France est championne du monde pour la deuxième fois ! » 


Nathan Bellaiche : 20 ans, étudiant

« J’avais un an en 1998. Ce que j’ai vécu durant ces quatre semaines du Mondial 2018 sera à jamais gravé dans ma mémoire et mon cœur. Je suis allé sur les Champs-Elysées  le soir de la victoire contre la Belgique et après la délivrance en finale contre la Croatie. Les Bleus ont réussi quelque chose d’incroyable. Ils donnent cette impression que l’équipe fonctionne presque comme une famille. Je suis si fier d’être français !  Cinq joueurs sortent vraiment du lot : Kanté, Griezmann, Mbappé, Varane et Lloris. » 


David Courchia : 29 ans, avocat

« J’ai ressenti beaucoup plus de certitudes à partir des huitièmes de finale. Dès la victoire face à l’Argentine, la machine tricolore s’est mise en marche. J’avais 9 ans en 1998. Une époque dont je garde quelques bribes de souvenirs. Je n’oublierai jamais ce 15 juillet 2018 et ses scènes de liesse dans les rues parisiennes où, accompagné de mes proches et d’amis, je célébrais nos nouveaux héros avec d’illustres inconnus. Merci aux Bleus, merci à Didier Deschamps, et rendez-vous dans quatre ans pour la troisième étoile ! ». 


Pour répondre à nos prochaines questions merci d’envoyer vos candidatures par mail a-j-presse@actuj.com

Powered by Edreams Factory