Default profile photo

17 Août 2019 | 16, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique Moyen-Orient/Monde

G.W. Goldnadel : L’exemplaire communauté anglaise

(DR)

Le billet de la semaine par G.W. Goldnadel, Président de France-Israël et d’Avocats Sans Frontières.

Les responsables de la communauté juive française organisée seraient bien inspirés de traverser la Manche pour aller prendre quelques leçons de morale politique auprès de leurs alter ego de la communauté juive anglaise. Il aura suffi que les trois journaux communautaires du pays assistés de leurs instances représentatives décident de déclarer la guerre à l'extrême gauche anglaise en général et à Jérémy Corbyn en particulier pour que celui-ci, sur la défensive, soit déjà obligé d'admettre qu'il « y avait un problème d'antisémitisme au sein du Labour ». Bien entendu, avec une modestie touchante, le chef du parti socialiste anglais oubliait de s'y inclure alors qu'il représente le problème principal. 

Principal, mais en rien unique, puisque d'autres responsables politiques britanniques d'extrême gauche, à commencer par l'ancien maire de Londres Livingstone, jusqu'à certains députés travaillistes esclaves de leur clientélisme islamique ou islamo-gauchiste ont accumulé les déclarations antisémites les plus scabreuses non seulement radicalement antisionistes mais encore indulgentes envers Hitler.

En ce qui concerne Corbyn lui-même, seule l'apathie de la presse internationale engluée dans une idéologie gauchisante peut expliquer comment celui-ci a pu accumuler les postures les plus antisémites tout en pouvant impunément se saisir du parti travailliste.

Déjà, en 2017, les preuves ne manquaient pas contre lui : il avait accueilli des délégations du Hamas et du Hezbollah terroristes lors d'une rencontre parlementaire en leur donnant du « mes amis ».

Après l'avoir nié, Corbyn, peu ménager en dénégations, admit avoir rencontré à Londres en 2009 Dyane Abou Jajah, ancien combattant du Hezbollah et leader en Belgique d'un mouvement islamiste radical, la Ligue Arabe Européenne, qui avait organisé à Anvers en 2022 des manifestations communautaires violentes.

Corbyn avait aussi assisté à des réunions du groupe « Deir Yassin Remembered » fondé par le négationniste Paul Eison. Enfin, il était acquis aux débats que monsieur Corbyn avait tenté, en vain, d'intervenir auprès de la banque HSBC qui venait de clôturer d'autorité le compte de la mosquée de Finsbury.

Une enquête de la BBC avait établi que cette décision était prise afin d'éviter l'inscription du lieu de culte sur un fichier de vigilance bancaire sous la rubrique « terrorisme » en raison de ses activités antérieures.


« Chaque jour depuis, on apprend une extravagance antisémite du leader d'extrême gauche.»

L'interdiction bancaire était aussi liée, selon la BBC, à la présence au conseil d'administration de la mosquée de Mohammed Sawalah, figure des Frères Musulmans, soupçonné d'être un ancien commandant du Hamas à Gaza.

Nous en étions là en 2017 quand, en juillet 2018, de nouvelles preuves de la radicalité pro- islamiste et de l'antisémitisme de l’individu sont apparues. Il était désormais acquis que Corbyn, ainsi que le prouvaient des photos publiées par le Daily Mail avait déposé une gerbe à la mémoire de plusieurs des terroristes palestiniens ayant assassiné 11 athlètes israéliens à Munich en 1972.

Chaque jour depuis, on apprend une extravagance antisémite du leader d'extrême gauche. 

C'est ainsi que celui-ci s'était opposé à la destruction d'une fresque murale représentant un « juif au nez crochu »  jouant avec le monde au Monopoly. Images rappelant les clichés des années 30 et les illustrations du juif Suss, diffusés à profusion sous le nazisme.

Pendant ce temps, en France, à l'exception du Figaro et de Valeurs Actuelles, la presse française demeurait dans sa placidité habituelle. Un article du Monde, se contentait de faire le minimum syndical en triant soigneusement les griefs les plus compromettants à l'égard de Corbyn et du Labour.

Mais au fait, pourquoi serait-elle plus royaliste que la reine ?

Et si la communauté juive organisée s'était livrée à la même guerre idéologique à l'encontre de l'extrême gauche française que vient de le faire la valeureuse petite communauté anglaise ?

Il est vrai qu'on ne peut pas à la fois s'occuper de Maurras et de Céline et livrer une guerre idéologique sans merci à cet antisémitisme du temps présent ,si bien en cour, qui fait tuer tous les jours dans les rues de Paris, de Buenos Aires et de Jérusalem.

Trop de coups médiatiques à prendre ?

Powered by Edreams Factory