Default profile photo

19 Mai 2019 | 14, Iyyar 5779 | Mise à jour le 17/05/2019 à 13h36

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Disparition de John McCain : chalom « Maverick » !

(flash90.)

Ami d’Israël, l’ancien candidat à la présidentielle américaine est mort à l’âge de 81 ans.

« Son soutien à Israël n’a jamais failli ». A l’instar de B. Netanyahou, les responsables politiques israéliens ont salué la mémoire de John McCain, décédé, le 25 août, à l’âge de 81 ans. Héros de la guerre du Vietnam devenu monument de la vie politique américaine, le sénateur de l’Arizona souffrait d’un cancer du cerveau.   

Sa première visite en Israël remonte à la fin des années 1970, aux côtés du sénateur démocrate Henry « Scoop » Jackson. Les deux hommes militent en faveur de l’émigration des Juifs soviétiques, dans ces années de fin de « Détente » entre les deux superpuissances. « Je comprends pourquoi vous avez refusé d'être relâché suivant les conditions de l'URSS il y a deux ans», a raconté dans une tribune au Times of Israel l'ancien prisonnier Nathan Sharansky, libéré du goulag en 1986.


Spécialiste de politique étrangère, John McCain a régulièrement partagé les préoccupations israéliennes au Moyen-Orient. Favorable à l’intervention américaine en Irak, en 2003, il s’opposera sans relâche à la nucléarisation de l’Iran, tout comme à l’accord de Vienne de 2015. Proche des Kurdes, il appellera très tôt à des frappes contre le régime d’Assad, saluant les bombardements engagés par Donald Trump en avril dernier. Un soutien rare tant M. McCain n’aura cessé de fustiger le populisme de l’ancien magnat immobilier. John McCain avait également exprimé ses réserves concernant l’inauguration en mai de l’ambassade américaine à Jérusalem (« la véritable capitale d’Israël », selon lui), en l’absence d’accord global. Sous la pression de l’opinion publique, M. Trump a fini par rendre hommage, mardi, à son meilleur ennemi. 

Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2008 face à Barack Obama, « Maverick » (« l’iconoclaste ») avait un temps caressé l’idée de choisir comme colistier Joseph Lieberman le sénateur démocrate du Connecticut. A propos de son ami, proche du courant orthodoxe-moderne, John McCain racontera cet épisode survenu dans un avion, alors qu’il venait de s’assoupir. « J’ai entendu marmonner et j’ai regardé. Il y avait cet homme portant un châle de prière. J’ai pensé un instant que j’étais peut-être mort ».

Powered by Edreams Factory