Default profile photo

16 Octobre 2018 | 7, Heshvan 5779 | Mise à jour le 15/10/2018 à 18h16

Rubrique Communauté

Jean-Claude Kuperminc : « Le monde des archives est un puits sans fond »

(DR)

Directement issue de la bibliothèque numérique de l’Alliance, « La boîte à contes » rassemble sur un portail en ligne et en accès libre des contes juifs du XIXe/début du XXe, rassemblés par le directeur de la bibliothèque et des archives de l’AIU, Jean-Claude Kuperminc.

Actualité juive: Comment avez-vous été amené à créer cette « boîte à contes » numérique ?

Jean-Claude Kuperminc : Il y a un peu plus d’un an, nous avons mis en ligne la bibliothèque numérique de l’Alliance qui donne accès à tous les documents numérisés par la bibliothèque depuis plus de dix ans. Nous disposons d’un corpus de plusieurs centaines de milliers de pages et d’images. Ce sont des livres et des journaux qui couvrent une période ancienne jusqu’aux années 1950, ainsi que 7000 photos des collections historiques de l’Alliance et des vidéos, des cours et des émissions. Jusqu’à présent, nous avions crée des expositions numériques qui permettaient au public d’avoir accès à des parties de ce fonds mais cette fois, nous avons voulu proposer une offre documentaire complète sur un sujet. Nous avons choisi les contes car nous participions aux Journées européennes de la culture et du patrimoine juif dont le thème de 2018 est « Raconter ». Nous savions que dans la presse juive, des contes étaient très souvent publiés. Ces textes étaient totalement méconnus. Nous avons été les rechercher à la main dans plus de quarante collections de journaux pour former la boîte à contes. 


A.J.: Quel ensemble ces contes juifs forment-ils ? 

J.-C.K. : Ces contes étaient souvent le moyen de transmettre aux jeunes juifs les valeurs juives, ce sont donc principalement des contes éducatifs avec de la morale mais nous avons choisi aussi des historiettes qui nous plongent dans la vie quotidienne des juifs ashkénazes et séfarades de la fin du XIXe, début du XXe. Les textes sont présentés dans leur environnement d’origine avec leurs illustrations, c’est-à-dire qu’en cliquant sur le titre, on ouvre la publication originale comme si on lisait le journal de l’époque. On peut lire à l’écran ou imprimer le texte. Certains auteurs sont connus comme Cholem Aleikhem et Isaac Peretz. D’autres un peu moins ou pas du tout. L’idée générale était de faire resurgir une littérature qui sans notre travail et l’outil électronique, aurait été complètement oubliée. C’est un trésor pour qui a envie de raconter et de lire des histoires. Les familles mais aussi les enseignants, les animateurs de mouvements de jeunesse et pourquoi pas, les professionnels du conte et de l’écriture.  


A.J.: D’autres corpus thématiques sont-ils à l’étude ? 

J.-C.K. : C’est encore un projet mais nous aimerions travailler sur des grandes personnalités juives. Nous avons beaucoup de revues juives culturelles qui contiennent des textes de grands auteurs comme Levinas, Jankélévitch, Edmond Fleg, André Neher. Le monde des archives est un puits sans fond… Notre bibliothèque s’enrichit sans cesse ; chaque mois, on ajoute une centaine de titres et de livres à nos collections.  


  1. bibliotheque-numerique-aiu.org E-Mail : biblio@aiu.org
Powered by Edreams Factory