Default profile photo

16 Octobre 2018 | 7, Heshvan 5779 | Mise à jour le 15/10/2018 à 18h16

Rubrique Israël

Sabine Roitman : Tsahal : gauche, droite …

(flash90.)

Les perspectives de la semaine par Sabine Roitman, Conseil en communication.

Les médias israéliens adorent bouffer du rabbin et n’hésitent jamais à dénoncer les excès des « religieux », qui le leur rendent bien souvent d’ailleurs. Les journaux ont donc fait leurs choux gras d’un incident récent, une trentaine d’élèves parachutistes religieux ayant tourné le dos à leur instructrice… parce que c’était une femme.

Après vérification, voilà ce qui se serait passé : ayant appris qu’une démonstration d’exercice devait leur être faite par une femme, plusieurs soldats accomplissant le service militaire après leur période de yeshiva, ont demandé à leur officier de faire effectuer celle-ci de préférence par un homme. L’officier leur a répondu qu’il n’avait pas d’autre instructeur disponible, et c’est lui qui leur aurait suggéré de tourner le dos si nécessaire. Ces jeunes soldats auraient bien sûr pu s’en abstenir, ne serait-ce que pour se conformer à la hala’ha qui interdit d’humilier quelqu’un en public - fût-ce une femme, et on aurait pu en rester là. Mais l’incident a été délibérément monté en épingle par la journaliste Shira Margalit, mère de l’instructrice en question, et dont la réputation d’activiste féministe antireligieuse n’est plus à faire.

De leur côté, les ultrareligieux ne sont pas en reste, à vouloir toujours démontrer que l’armée tente de décourager les soldats orthodoxes. Ainsi la publicité qu’ils ont faite à un autre incident, un officier ayant obligé il y a peu un soldat orthodoxe à raser sa barbe, alors que les règlements de Tsahal en autorisent le port pour les pratiquants, pour autant que leur religiosité préalable soit démontrée. L’officier n’en était apparemment pas convaincu…


«Tsahal cherche en réalité un équilibre entre la nécessité d'une discipline militaire et les aménagements consentis à tel ou tel groupe.»

Tsahal cherche en réalité un équilibre entre la nécessité d'une discipline militaire et les aménagements consentis à tel ou tel groupe, la situation évoluant sans cesse avec un mouvement de balancier. Face à l’insertion de filles dans les unités combattantes, on constate une dérive à droite des « religieux », en même temps qu’une inquiétude des « laïques » les plus durs craignant de voir le nombre de soldats religieux augmenter dans les unités d'élite et les postes de commandement.

Deux exemples qui soulignent la fracture entre laïques d’extrême-gauche et ultra-orthodoxes. Bien que marginaux, ces groupes exploitent à outrance de tel incidents sur les réseaux sociaux et autres médias, ternissant ainsi l’image d’Israël et de son armée. « C’est en raison de la haine gratuite que le Temple a été détruit » dit le Talmud. En cette période où chaque juif se remet en question, on voudrait espérer que s’apaise enfin en Israël ce conflit entre « datiyim » et « ‘hilonim ».

Powered by Edreams Factory