Default profile photo

11 Décembre 2018 | 3, Tevet 5779 | Mise à jour le 10/12/2018 à 16h05

Rubrique Communauté

Philippe Levy : « Une promotion sur le leadership et la transmission »

(DR)

Le directeur de l’action Jeunesse du FSJU et du programme Noé évoque les enjeux de l’ambitieux séminaire inter mouvements de jeunesse sur les « Mémoires du futur » organisé du 1er au 4 novembre à Strasbourg.

Actualité Juive : Ce n’est pas à Paris mais à Strasbourg qu’aura lieu ce 4e séminaire de formation. Pourquoi Strasbourg et dans quel contexte général s’inscrit-il ?  

Philippe Lévy : Jusqu’à maintenant, nos séminaires avaient lieu en région parisienne et l’objectif était que les éducateurs des mouvements de jeunesse se rencontrent et échangent pour mutualiser leurs pratiques. Cela allait du Bné Akiva au Dror, de l’Hachomer Hatzaïr aux EI, etc. Pas à pas, en trois sessions se sont tissés une confiance  et des partenariats dans le cadre de l’Action jeunesse. En même temps, nous avons vu arriver un nouveau public avec l’incubateur Noé, des jeunes juifs pas forcément arrimés à un mouvement. Dans ces séminaires, nous avons voulu construire avec tous un esprit de promotion pour que ces jeunes d’où qu’ils viennent partagent ensemble des actions fédératrices et qu’ils construisent ensemble une plateforme programmatique autour du leadership et de la transmission. Avec ce 4e séminaire, nous ouvrons un nouveau chapitre. L’audience sera plus confidentielle avec pour les jeunes, de hauts potentiels sélectionnés par les mouvements de jeunesse ainsi que des experts, des spécialistes et des témoins. Quant à Strasbourg… parce que c’est le berceau de cette école alsacienne des « penseurs-passeurs » qui ont émaillé l’école d’Orsay et que nous mettrons à l’honneur. 


A.J.: Vous travaillerez sur la transmission au passé, au présent et au futur. Expliquez-nous. 

P.L. : Nous allons proposer aux jeunes de prendre du recul par rapport à leurs pratiques et de les faire monter en compétence. Nous reviendrons sur ces figures édifiantes de la pensée juive d’après-guerre, notamment de l’école juive de pensée de Paris. Ces figures d’excellence sont souvent mal connues, en particulier par les jeunes mais pour autant elles ne doivent pas intimider. Les jeunes doivent connaître cette partition, c’est pourquoi nous aurons un café-philo qui ne sera pas un colloque mais une manière de renouer et de dialoguer avec ces figures de la transmission. Fort de ces échanges, nous voulons ramener de l’action avec des ateliers, l’idée étant de ne pas juste refaire le monde en étant hors-sol mais de s’interroger sur la façon de réincorporer en pratique et concrètement une partie de ces enseignements. Initier peut-être comme certains l’ont déjà fait dans leur mouvement, je pense aux EI, des cercles d’étude. Après le passé et le présent, mémoires du futur devra enfin s’interroger sur la place de ces figures dans la construction d’une nouvelle participation des mouvements de jeunesse à l’horizon des décennies. Il y a un engouement très fort chez les jeunes pour trouver une forme de synthèse à la fois pieuse et ouverte entre les identités juives et le monde. La transmission, c’est pour nous un continuum et mettre cet héritage intellectuel en partage, c’est (re)mettre les jeunes dans une chaîne de transmission. 

  1. Inscriptions : contactnoe@fsju.org
Powered by Edreams Factory