Default profile photo

16 Octobre 2018 | 7, Heshvan 5779 | Mise à jour le 15/10/2018 à 18h16

Rubrique Culture/Télé

Gilbert Werndorfer : « Nous avons inventé l’autodérision »

Ex collaborateur du rabbin Josy Eisenberg, auteur d’une dizaine de livres et fin connaisseur du monde du livre juif, Gilbert Werndorfer publie en cette rentrée « Le petit guide du judaïsme » aux éditions du Cerf. Un précis biblique original et ludique pour mieux appréhender le judaïsme et sa complexité.

Actualité Juive : Vous venez d’écrire « le petit guide du judaïsme ». A qui s’adresse ce livre et quelle est son ambition ?

Gilbert Werndorfer - Je vous répondrais que j’aimerais qu’il s’adresse à tout le monde, y compris aux non-juifs. J’ai voulu offrir une autre forme de guide du judaïsme. Il y a pléthore en matière de livres d’initiation à cette religion et celui-ci propose une autre façon d’aborder le sujet. On y trouve surtout un florilège de fondamentaux de l’enseignement juif, comme le commentaire incroyable des « Dix commandements » de Saadia Gaon, les « Maximes des pères », un résumé de la Bible, un regard sur l’enseignement des lettres hébraïques… Mon ambition est par conséquent de partager avec le lecteur mon admiration pour ces enseignements. 


A.J.: « Le livre de l'humour goy », « Je suis juif et je me soigne et autres loufoqueries », « Dictionnaire    absurde du judaïsme » etc. Nombre de vos ouvrages font une belle place à l’humour. En quoi existe-t-il un humour juif selon vous ?

G. W. - L’humour juif est né lorsque D.ieu a décidé de choisir le peuple hébreu comme gardien de la Torah. D.ieu a montré au monde que pour choisir un peuple comme celui-ci, il fallait avoir de l’humour. Et puis lorsque l’on est soi-même une blague juive : j’ai comme cursus scolaire un CAP de tourneur-fraiseur que je n’ai pas réussi à avoir. Commencer sa vie comme ouvrier raté, et se retrouver à l’âge de 23 ans libraire, c’est à mon avis l’expression même du « rire de soi ». Pour répondre plus sérieusement à votre question, il existe bien sûr un humour juif. Nous avons inventé l’autodérision et cela nous a fait grandir et surtout cela nous a préservé du « se prendre au sérieux ». Lorsque la Torah vous enseigne que la matriarche Sarah a souri à l’annonce d’un enfant qu’elle va mettre au monde et qu’elle l’appelle « rire ou sourire » - Itsh’ak, c’est la naissance de l’humour juif.


A.J.: Vous avez créé la librairie Bibliophane dans le Marais, été éditeur, directeur de collection… Pensez-vous que le métier du livre a un avenir à l’heure du numérique ?

G. W. - L’ère numérique n’est pas un facteur qui peut faire chuter la vente ou l’intérêt pour le livre et la lecture.   Ce qui peut-être un danger, c’est l’éducation de la jeunesse qui ne lit plus. 

Les juifs tout comme les non-juifs, lisent moins. Nous sommes toujours le peuple du « Livre » mais sans doute un peu moins le peuple des « livres »… La rue des Rosiers, jusque dans les années 2000/2005 comptait cinq librairies juives, et il n’en reste maintenant plus qu’une, c’est significatif !



Gilbert Werndorfer, « Le petit guide du judaïsme », Editions du Cerf, 216 pages, 18,00 euros

Powered by Edreams Factory