Default profile photo

16 Octobre 2018 | 7, Heshvan 5779 | Mise à jour le 15/10/2018 à 18h16

Rubrique Israël

Merkel menace: pas de visite en Israël si le village bédouin de Khan al-Ahmar est évacué

Benyamin Netanyahou et Angela Merkel, à Berlin, le 4 juin 2018 (Flash 90).

La chancelière allemande est attendue ce soir en Israël où elle sera accompagnée de plusieurs ministres et de dirigeants d'entreprise.

Viendra, viendra pas ? L’interrogation continue autour de la visite d’Angela Merkel, attendue en Israël mercredi soir 3 octobre. Ce voyage officiel de deux jours doit notamment permettre à la chancelière allemande de se rendre au mémorial de la Shoah et  de recevoir un doctorat honorifique de l’Université de Haïfa.

Pourtant, Mme Merkel a fait savoir aux autorités israéliennes qu’elle renoncerait à son déplacement si le village bédouin de Khan al-Ahmar était évacué. L’information a été publiée dans la matinée par la radio militaire israélien.

Le dilemme posé à Benyamin Netanyahou est délicat, l’Allemagne étant considérée comme l’un des alliés majeurs de l’Etat hébreu en Europe, en dépit de divergences fortes sur le processus de paix israélo-palestinien et l’avenir de l’accord sur le nucléaire iranien. Un sommet bilatéral sert ainsi de prétexte à ce déplacement de la chancelière, accompagnée pour l’occasion de plusieurs ministres de son gouvernement. 

3e visite de Merkel en Israël

Dans un communiqué conjoint publié avec quatre autres Etats européens, le ministère des affaires étrangères allemand avait mis en garde Israël, en mai dernier, contre toute décision unilatérale. « Les conséquences d’une démolition et d’un déplacement de population sur les habitants de cette communauté, y compris leurs enfants, ainsi que sur les perspectives d’une solution à deux États seraient très graves ». M. Netanyahou avait fixé le 1e octobre comme date butoir pour le démantèlement de « toutes les structures du site ».


Favorable au développement des relations avec Jérusalem, notamment dans le domaine des nouvelles technologies et de la cybersécurité, Angela Merkel, qui a déjà visité le pays en 2006 et 2008, aura à ses côtés des dirigeants de sociétés allemandes attirés par les perspectives commerciales israéliennes. Un dîner est prévu, mercredi soir, avec le premier ministre israélien, avant une rencontre le lendemain avec le président de l'Etat hébreu, Reuven Rivlin.

Dans son podcast hebdomadaire, vendredi dernier, la chancelière assurait que « l’Allemagne et Israël [étaient] liés par une relation unique ». « De l’héritage de notre histoire, de la rupture de civilisation qu’a été la Shoah, nous, les Allemands, avons une responsabilité particulière dans nos relations avec Israël », ajoutait-elle.

Powered by Edreams Factory