Default profile photo

17 Décembre 2018 | 9, Tevet 5779 | Mise à jour le 17/12/2018 à 17h07

Rubrique Monde juif

Ukraine : identification des cimetières juifs

Les avions de la Luftwaffe durant la Seconde guerre mondiale (DR)

Des photos aériennes prises par les nazis servent à localiser des cimetières juifs en Ukraine.

Afin de déterminer l’emplacement de certains cimetières juifs dont on peine à retrouver la trace, une organisation utilise des photos aériennes prises par les pilotes de la Luftwaffe peu avant l’invasion de l’URSS lors de la Seconde guerre mondiale.
Juste avant que les nazis n’envahissent l’Union Soviétique en 1941 lors de la célèbre opération Barbarossa, des pilotes de la Luftwaffe furent envoyés prendre des photos aériennes de l’ouest de l’Ukraine, pour des raisons militaires. Mais, ironie du sort, ce sont ces mêmes clichés, retrouvés dans les archives de ladite Luftwaffe en Allemagne, qui aident, aujourd’hui, l’organisation « European Jewish Cemeteries Initiative » (qui, depuis 2015, a réussi à clôturer une centaine de cimetières juifs dans sept pays différents) à identifier et à préserver des cimetières juifs ukrainiens.
Mais comme le dit le directeur de l’organisation, l’ancien journaliste britannique Philip Carmel, mettre des clôtures autour de ces cimetières « n’est pas une opération aussi simple qu’il n’y paraît ». Car, le fait même de trouver l’emplacement des tombes dans des villes où toute la population juive a été assassinée, où les cimetières ont été pillés pour y récupérer les stèles et où les autorités se sont appropriées les sites mêmes n’est en rien évident.
C’est là que les photographies de la Luftwaffe entrent en scène.« Bien entendu, elles ont été prises pour aider à l’effort de guerre allemand, explique Philip Carmel. Mais, elles étaient assez précises pour nous aider à identifier certains cimetières juifs juste avant la destruction ». Par exemple, dans l’ouest de l’Ukraine, à Boutchatch, soit la ville natale du prix Nobel de littérature, Shmouel Yossef Agnon, et du célèbre chasseur de nazis, Simon Wiesenthal, pendant des générations et des générations, les juifs locaux ont enterré leurs morts en haut d’une butte située à la frontière occidentale de la cité.
Mais, après le meurtre, lors de la Shoah, de quelque 10 000 juifs vivant dans la région, la forêt voisine a, peu à peu, englouti le site, ne laissant découvrir que quelques dizaines de pierres tombales. Et c’est ainsi que la progression de la forêt couplée à la destruction, par les résidents locaux desdites pierres tombales (malheureusement utilisées dans toute l’Europe de l’est comme pierres à aiguiser ou comme matériau de construction) a très nettement entravé les efforts faits pour dresser un plan du site.
Or, les clichés de la Luftwaffe montrent clairement les délimitations du lieu, dit encore Philip Carmel qui, l’an dernier, a lui même supervisé le tracé de cette délimitation. Résultat: une clôture va bientôt être érigée autour de ce cimetière, clôture qui sera flanquée de murs de soutènement.

Powered by Edreams Factory