Default profile photo

16 Novembre 2018 | 8, Kislev 5779 | Mise à jour le 14/11/2018 à 18h15

17 novembre - Chabbat Vayétsé : 16h51 - 18h00

Rubrique Régions

Strasbourg : Quel avenir pour la communauté ?

De g. à d. : Thierry Roos, Maurice Dahan (modérateur), Janine Elkouby, Harold Weill (DR)

C’est autour de cette question qu’une petite centaine de personnes a planché mardi 9 octobre dans le cadre d’une semaine riche en événements marquant le 60e anniversaire de la synagogue de la Paix.

«Concerts, expositions, conférences, gala… la communauté juive de Strasbourg a fêté du 7 au 14 octobre le 60e anniversaire de la construction du centre communautaire et de la synagogue de la Paix, symbole éclatant de la renaissance presque miraculeuse d’une communauté alors profondément meurtrie par l’exil, la guerre et la Shoah.
Thierry Roos, vice-président du Consistoire israélite du Bas-Rhin (Cibr), Janine Elkouby, ancienne élue du Consistoire, enseignante et auteure de plusieurs romans et essais sur le judaïsme, et le nouveau grand rabbin Harold Weill étaient les invités de cette table ronde qui tournait autour d’une vaste question : « Quel avenir pour ma communauté ? La vie juive de demain ». Les jeunes étaient très peu nombreux dans la salle. Pour certains cette absence est le signe d’une crise générale de l’engagement communautaire dans la jeunesse, pour d’autres l’explication tient plutôt à un déclin de l’importance du Consistoire au sein du judaïsme strasbourgeois.
« Nous sommes responsables de l’avenir de notre communauté qui sera ce que nous voulons en faire », a affirmé Janine Elkouby. Elle déplore que la communauté de Strasbourg tende à perdre « non pas le nord mais le milieu » en raison d’un double mouvement d’assimilation et d’évolution vers plus d’orthodoxie. Elle s’est prononcée en faveur d’un dialogue avec les libéraux et a été très applaudie lorsqu’elle a appelé les responsables religieux à « sortir des routines et à confronter l’étude avec la vie réelle et les problèmes contemporains ».
Plus consensuel, Thierry Roos a fait l’éloge d’une « communauté pilote, exemplaire, diversifiée ». Dentiste et conseiller municipal, il a aussi insisté sur le bon ancrage des juifs de Strasbourg dans la cité. Le grand rabbin Weill, en poste depuis un an, a rendu hommage à « ceux qui ont reconstruit la communauté après la guerre, des gens pragmatiques qui avaient toujours le souci du concret ». Il a dressé un tableau plutôt encourageant de la situation communautaire en affirmant qu’il y avait « globalement une unité ». Pour lui la crise du leadership au sein de la jeunesse, conséquence d’une société « où on reçoit plus qu’on ne donne », est le problème le plus préoccupant.
Lorsque le micro a été donné au public, les « questions » - qui furent souvent des monologues acerbes – ont fusé dans une ambiance tendue bien que plutôt respectueuse. La salle a approuvé lorsqu’un intervenant a lancé : « Nous n’avons pas entendu de projet ce soir ! »
La proximité des prochaines élections consistoriales (le premier tour aura lieu le 11 novembre) affleurait derrière plusieurs prises de parole.

Powered by Edreams Factory