Default profile photo

10 Décembre 2018 | 2, Tevet 5779 | Mise à jour le 10/12/2018 à 16h05

Rubrique Communauté

Ada Tuchbant : « Des outils pédagogiques sur la Shoah pour le jeune public »

(DR)

L’association Yad Layeled France – L’enfant et la Shoah organise lundi 19 novembre une soirée de gala (1) pour soutenir ses activités pédagogiques destinées au jeune public. Rencontre avec sa présidente.

Actualité Juive: Vous avez succédé à Béatrice Rosenberg en mars 2018 à la présidence de Yad Layeled France. Quelles sont les spécificités de l’association ?

Ada Tuchbant : Yad Layeled France est une émanation du Musée des combattants du Ghetto (Beit Lohamei Haghetaot) qui est le premier musée sur la Shoah à avoir été créé en Israël par des survivants dans les années 50. Avec le temps, il a été décidé qu’un Musée-mémorial jouxte cette structure qui soit spécifiquement dédiée à la mémoire du million et demi d’enfants morts pendant la Shoah et à la connaissance de cette histoire par les jeunes enfants. Yad Layeled a cherché à développer des activités en France. Béatrice Rosenberg a alors réuni un certain nombre de femmes dont Simone Veil pour créer une association qui est née en 1995 à l’initiative du Dr Marc Aron et la collaboration de Me Théo Klein. Je faisais aussi partie de cette réunion. 


A.J.: Comment apprendre à de jeunes enfants l’histoire des enfants de la Shoah ?  

A.T. : Nous nous inspirons beaucoup de ce qui se fait en Israël. En France, nous avons créé des outils pédagogiques qui sont des ateliers-expositions circulant dans les écoles élémentaires sur le thème des enfants et de la Shoah mais pas des enfants disparus. Nous ne montrons jamais d’image, jamais de corps. Nous parlons des enfants qui ont survécu et de leur parcours de vie pendant la guerre. C’était le thème de notre première exposition Sur les traces d’une photo qui retraçait le destin de huit enfants juifs en Europe pris dans les tourments de la guerre avec leurs familles et obligés de fuir. Cette approche permet à l’enfant de s’identifier et de comprendre ce qui est arrivé à un enfant comme lui. Dans notre seconde exposition, Enfants juifs à Paris 1935 - 1945, nous nous sommes concentrés sur la vie des enfants juifs parisiens pendant la guerre. Aujourd’hui nous préparons un troisième atelier qui sera plus généraliste : nous évoquerons la lutte contre l’exclusion et l’antisémitisme dans un esprit d’instruction civique. Ces ateliers s’adressent aux élèves de CE1 à CM1, âgés de 9 à 12 ans.  


« Aller dans les écoles primaires»

 A.J.: Comment les élèves reçoivent-ils ces ateliers dans leurs écoles ?

A.T. : Avec beaucoup d’intérêt. Les retours, dans l’ensemble, sont très positifs. Les jeunes à cet âge sont intéressés par cette histoire et ils sont à l’écoute. J’avoue aussi que les professeurs eux-mêmes sont contents d’avoir à leur disposition des outils spécifiques sur cette période pour leurs jeunes élèves car ils n’en ont pas tellement. L’association s’efforce tous les trois ans de sortir un nouvel outil pédagogique. C’est important pour comprendre les évolutions de l’époque. Nous devons sensibiliser les enfants d’aujourd’hui. C’est un peu le sens de notre nouvel atelier d’instruction civique. 

(1) Réservations : 01.45.24.20.36.

Powered by Edreams Factory