Default profile photo

10 Décembre 2018 | 2, Tevet 5779 | Mise à jour le 10/12/2018 à 16h05

Rubrique Communauté

La tournée française de l’OSM

L’environnement est au programme de ces conférences de l’OSM (DR)

Entre le 12 novembre et la mi-décembre, l’Organisation Sioniste Mondiale avec le FSJU et l’Agence juive, organise un cycle de conférences dans cinquante communautés en France(1).

Leur objectif, explique Jean-Charles Zerbib, son délégué dans l’Hexagone et en Belgique chargé de la promotion de l’Alyah, est « de raconter Israël non seulement bien que ce soit important, sous l’angle du conflit israélo-palestinien. De présenter la Startup Nation. La façon dont le pays s’occupe de l’environnement, la vie au kibboutz, les relations entre Israël et la Diaspora et le judaïsme francophone dans l’Etat hébreu ».  

Le département dont il s’occupe permet d’encourager les Juifs à monter en Israël. « Tous ceux qui sont éligibles à la Loi du Retour. Cela passe par la création d’oulpanim, savoir l’hébreu est une clé essentielle pour réussir son intégration. 150 classes ont été ouvertes cette année, certaines destinées à des professions, par exemple les médecins. Et par des conférences animées par des Franco-Israéliens qui ont émigré en Israël. D’ailleurs chacun commence son intervention en partageant sa propre expérience avec le public qui peut ainsi aisément s’identifier ».

Sur les chiffres de l’Alyah qui sont en baisse, alors que les actes antisémites ont augmenté de 69%, Jean-Charles Zerbib assure que « l’antisémitisme n’est pas le seul facteur de l’Alyah. Depuis 1948, en moyenne 1.200 à 1.400 juifs français montent en Israël chaque année mis à part quelques pics en 1968 ou depuis les années 2000. C’est le moment de la seconde intifada, la rue française est parfois antijuive et le 1er ministre Lionel Jospin ne parle pas d’antisémitisme mais de violence urbaine. Sous François Hollande, le sentiment qui domine est qu’il n’y a plus d’avenir en France, l’économie s’essouffle. De nombreux Français quittent la France et parmi eux beaucoup de  juifs. En Israël bien sûr mais aussi ailleurs. Par contre Emmanuel Macron, lui, rassure et l’économie semble reprendre son souffle. Et surtout ceux qui décident de faire leur Alyah s’y préparent en amont. D’après une récente étude, le taux de retour est faible, autour de 5% ». 

(1)  Renseignements : 01.84.79.06.59

Powered by Edreams Factory