Default profile photo

10 Décembre 2018 | 2, Tevet 5779 | Mise à jour le 10/12/2018 à 16h05

Rubrique Moyen-Orient/Monde

L'Iran défie les Etats-Unis

Le président iranien Hassan Rouhani (Wikipedia)

Un haut responsable militaire iranien assure que toutes les positions américaines de la région sont à portée des missiles de l'Iran. Téhéran refuse de céder aux pressions et aux sanctions de Washington.

La république islamique ne lâche rien. Moins d'un mois après l'entrée en vigueur de la deuxième série des sanctions américaines qui visent les exportations de pétrole et les transactions financières iraniennes, les dirigeants iraniens haussent plus que jamais le ton. Le commandant de la division aérospatiale des Gardes de la Révolution assure que toutes les bases américaines situées dans les Emirats Arabes Unis, au Qatar et en Afghanistan et que tous les porte-avions américains croisant dans le Golfe persique sont dans le rayon d'action des missiles iraniens. « Ils sont à notre portée. S'ils bougent, nous pouvons les frapper », affirme Amirali Hajizadeh, qui ajoute que la portée, mais aussi la précision des missiles avaient été améliorées et qu'ils pouvaient atteindre une cible distante de 500 kilomètres, avec une fiabilité à 30 mètres. 

Bien qu'il assure constamment que son programme de missiles n'a qu'une vocation exclusivement défensive, l'Iran a déjà menacé de prendre pour cible le trafic maritime de transport pétrolier dans le Golfe, si les Etats-Unis l'empêchent de vendre son pétrole. La rhétorique de plus en plus agressive de l'Iran ne se limite pas aux Etats-Unis et à Israël, mais s'étend aussi aux autres alliés des Américains dans la région. Le 24 novembre, Téhéran accueillait la Conférence de l'Unité islamique. A cette occasion, le président iranien, pourtant présenté comme un modéré, s'en est pris à ses voisins arabes : « Au lieu de dérouler le tapis rouge aux criminels, les gouvernements des pays musulmans devraient s'unir contre les Etats-Unis et Israël (…) et rester fidèles au Prophète, au Coran et à l'islam », a affirmé Hassan Rouhani, accusant les Américains de « vouloir l'asservissement » du Moyen-Orient. 

Pour faire bonne mesure, le président iranien a aussi qualifié Israël de « tumeur cancéreuse » implantée dans la région par les Occidentaux, « pour servir leurs intérêts ». Binyamin Netanyahou a aussitôt dénoncé les « calomnies de Rouhani qui appelle à la destruction d'Israël et qui prouvent une fois de plus que les nations du monde doivent se joindre aux sanctions imposées au régime terroriste iranien, qui les menace elles aussi ». 

Un message qui est en tout cas entendu par un certain nombre d'Etats arabes sunnites qui préfèrent se ranger sous le parapluie américain, y compris en se rapprochant discrètement d'Israël. Ce qui explique la violence du dirigeant iranien, qui a été jusqu'à offrir son aide à ses « frères arabes », affirmant que l'Iran était prêt à « défendre, de toutes [ses] forces, les intérêts du peuple saoudien face au terrorisme et aux superpuissances » et appelant les Musulmans du monde entier à s'unir contre les Etats-Unis. « Se soumettre à l'occident dirigé par l'Amérique serait une trahison envers notre religion », a lancé Hassan Rouhani.

Powered by Edreams Factory