Default profile photo

20 Mai 2019 | 15, Iyyar 5779 | Mise à jour le 17/05/2019 à 13h36

Rubrique Communauté

76e anniversaire de la Rafle des juifs de Tunis le 9 décembre 1942

Claude Nataf président de la SHJT, à la tribune. (de Marylou Tremil)

Le 9 décembre, sous l’égide de la SHJT, présidée par Claude Nataf, s’est tenue en la crypte du Mémorial de la Shoah le 76e anniversaire cérémonie de la Rafle des Juifs de Tunis par les SS le 9 décembre 1942, et de l’instauration des camps de travail organisés par Walter Rauff, initiateur de l’homicide par des camions à gaz, en présence de nombreuses personnalités dont Catherine Vieu-Charier au nom de la Maire de Paris, Joel Mergui, président du Consistoire, Jacky Fredj directeur du Mémorial, des responsables des institutions Juives, des aumôniers militaires et des associations de déportés et AC, dont Milo Adoner, des élus de Paris, des jeunes du Talmud-Torah de Neuilly et de l’Amicale des Juifs de Djerba, ainsi que les représentants diplomatiques d’Israël et de Tunisie.

Après le dépôt de gerbes par les officiels dont Georges Tibi, responsable de la communauté de Tunisie, et l’allumage des 8 bougies en compagnie des enfants, et l’interprétation d’un psaume par le Rabbin Amos Haddad, suivie du Kaddish collectif, Claude Nataf évoqua la redoutable oppression qu’eut à subir la communauté Juive faite de sévices, d’otages, d’assassinats, de travail forcé à l’encontre de 5000 Juifs, et de déportations (par avion) vers les camps nazis de novembre 1942 jusqu’à la Libération par les Forces Alliées le 8 mai 1943.

A sa suite, Serge Klarsfeld rappela l’intérêt des FFDJF pour cette page d’Histoire marquée par « le sauvetage d’une importante communauté qui échappa à une destinée tragique en raison de multiples circonstances et grâce à la sagacité de ses dirigeants. » Puis après avoir rendu hommage à l’œuvre éditoriale de Claude Nataf, le président des FFDJF pointa le rôle de Walter Rauff « désigné par Hitler pour diriger le traitement spécial des Juifs » avant d’évoquer la figure emblématique de Young Perez, champion du monde de Boxe, et exhorter chacun à se souvenir. Après cette intervention, le Grand rabbin de France, Haim Korsia fit part de sa satisfaction de voir « cette mémoire des Juifs de Tunisie inscrite dans notre mémoire collective », avant de rendre hommage à 3 héros : Young Perez, le pilote Max Guedj et David Gallula, grand combattant de l’Armée Française. Et, pour conclure, faire sienne la devise du « Souvenir Français » : « A nous le Souvenir, à eux l’immortalité. » La Lecture des Noms des combattants Juifs tombés au champ d’honneur, et des victimes des déportations et des camps de Tunisie fut effectuée par des Jeunes au cours de cette belle cérémonie, où se firent entendre le Chœur du Temple Buffaut, la Prière des Morts par le Rabbin Amos Haddad, celle pour la République Française, et enfin la « Marseillaise. » 

Powered by Edreams Factory