Default profile photo

27 Juin 2019 | 24, Sivan 5779 | Mise à jour le 26/06/2019 à 18h12

Rubrique France/Politique

Meyer Habib : « Je ne suis pas inquiet pour Israël, je suis inquiet pour la France »

(DR)

Radiation des listes consulaires en Israël, prix des Droits de l’Homme à des ONG appelant au boycott d’Israël, gilets jaunes… autant de sujets qui inquiètent le député des Français de l'étranger.

Actualite Juive: Vous avez récemment dénoncé la radiation de près de 20 000 Français d’Israël des listes électorales consulaires. L’Ambassade de France a réagi en expliquant que l’inscription était facultative et que quiconque pouvait se réinscrire à tout moment… Qu’en dites-vous ?  

Meyer Habib : Les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Le cas israélien est unique au monde. 19 568 Français rayés du jour au lendemain des registres, - 27% alors que depuis 2015, 15 000 Français ont fait leur alyah ! On est passé de 74 722 à 54 950 alors qu’on estime à 160 000 environ la population française réelle dans le pays.

Soit, l’inscription est facultative mais la radiation n’est pas anodine. Sur le plan symbolique, c’est un peu comme être mis au ban de la communauté nationale. Sur le plan pratique : quand on n’est pas inscrit, on perd automatiquement le droit de vote mais aussi cela complique des démarches administratives aussi essentielles que le renouvellement des papiers d’identité. 

Evidemment, on peut se réinscrire mais pourquoi obliger tous ces Français à prouver leur nationalité ? 


A.J.: Comment expliquez-vous ces radiations ? 

M.H. : Je constate. Cherchez l’erreur. C’est un geste totalement inamical de la part de l’Ambassade. On cherche sans doute à réduire le poids politique d’Israël dans la circonscription.


A.J.: Quelle va être votre action pour permettre à ces personnes radiées de réintégrer ces LEC ?

M.H. : Je demande leur réintégration immédiate à titre conservatoire. J’ai écrit au ministre des Affaires étrangères avec copie au Président de la République. Son directeur de cabinet Emmanuel Bonne m’a reçu. Il n’a pas caché son étonnement face à ces chiffres mais a refusé la réintégration complète pour ne pas « désavouer les services de l’Ambassade ». 

Le 6 décembre j’ai adressé par mailing aux 6 000 Français radiés qui avaient communiqué une adresse électronique. J’ai reçu des centaines de retours. S’il le faut, je compte à présent saisir directement le Président de la République. 


A.J.: La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, n’a finalement pas assisté à la remise des prix de la CNCDH aux associations B’Tselem et Al-Haq. Doit-on considérer qu’il s’agit d’une victoire? 

M.H. : C’est une victoire en demi-teinte. 

Le 6 décembre, j’ai annoncé que je demanderais la démission de la Garde des Sceaux si elle remettait le prix. Elle y a renoncé et aucun membre du gouvernement n’était présent à la cérémonie. Mais cette affaire reste scandaleuse. Imaginez que la France, trouve opportun de décerner le « prix des Droits de l’Homme de la République » aux fers de lance du boycott d’Israël à l’heure même où le pays est au bord de la guerre civile, que le Hamas et le Hezbollah menacent de détruire Israël, que l’Autorité palestinienne, négationniste, viole massivement les droits humains…

Dois-je rappeler que le droit français interdit strictement l’appel au boycott? Dois-je rappeler que Shawan Jabarin, le dirigeant d’Al-Haq est un membre éminent du FPLP, organisation terroriste et antisémite ? C’est le monde à l’envers ! Personne ne me fera taire.

Il demeure, si la ministre n’a pas remis le prix, que c’est François Croquette, ambassadeur pour les Droits de l'Homme, qui s’en est chargé, qui plus est dans les locaux de la Chancellerie. 


A.J.: Plus généralement, quel regard portez-vous sur la politique du gouvernement français à l’égard d’Israël ?

M.H. : La France oublie qu’Israël est un allié précieux. L’Américain Trump, le Russe Poutine, le Chinois Xi Jinping, l’Indien Modi l’ont compris, sans parler de nombreux pays africains, sud-américains et surtout plusieurs pays arabes sunnites ! Les Etats-Unis ont transféré leur ambassade à Jérusalem, le Brésil va suivre ainsi que le Canada, l’Australie, la République tchèque, l’Italie peut-être. Même si les relations Netanyahou-Macron sont bonnes sur le plan personnel, je regrette que mon pays reste aveugle face au sens de l’Histoire et préfère miser sur une Autorité palestinienne corrompue plutôt que sur Israël, un Etat ami qui partage nos valeurs. Je ne suis pas inquiet pour Israël, je suis inquiet pour la France. 


A.J.: Quelle lecture faites-vous de la crise des gilets jaunes ? 

M.H. : Nul ne peut rester insensible face à la détresse de ces milliers de Français rongés par la précarité. En même temps, rien ne peut justifier les violences que l’on a connues ni les dérives antisémites. Un cap inquiétant a été franchi. La sécurité est la première des libertés et si l’on a le droit de manifester, on n’a pas le droit de piller des commerces ou saccager des symboles de la République. 

Ne faisons pas la fine bouche. Même tardives, les mesures annoncées par Macron vont dans le bon sens. Maintenant, il va falloir financer, ce qui ne sera pas simple. 

Powered by Edreams Factory