Default profile photo

10 Décembre 2018 | 2, Tevet 5779 | Mise à jour le 10/12/2018 à 16h05

Rubrique Israël

Yaël Perl Ruiz : « Alfred Dreyfus a enfin pris racine en Israël »

(DR)

Pour l’arrière-petite-fille du capitaine Dreyfus, l’inauguration mardi dernier à Tel Aviv d’une réplique de la statue de Tim Hommage au capitaine Dreyfus est un événement historique.

Actualité juive: Vous avez porté le projet de cette statue commémorative depuis 2014. Pourquoi était-ce si important que le capitaine Dreyfus soit célébré en Israël ?  

Yaël Perl Ruiz : C’était essentiel pour plusieurs raisons mais je dois dire qu’à l’origine, cette idée a été lancée par l’ambassadeur Patrick Maisonnave et son conseiller culturel Olivier Rubinstein. En 2014, j’avais organisé une exposition sur l’histoire de la famille au Beit Hatfutsot et un colloque sur l’Affaire à l’université de Tel Aviv à la suite desquels ils avaient eu l’idée d’une réplique de la statue de Tim à Tel Aviv. Quand leur mission a pris fin, l’idée était encore là et je l’ai portée de toutes mes forces pour qu’elle se concrétise. C’était important pour moi de transmettre la mémoire de mon arrière-grand-père et de cette Affaire qui lui a brisé sa vie et sa carrière. Je m’étais aussi aperçue que les jeunes générations en Israël ne connaissaient pas ou peu l’Affaire Dreyfus alors qu’elle fait partie de leur histoire en ce sens que Theodor Herzl qui travaillait déjà sur le sionisme, a réellement pris conscience avec l’Affaire de l’urgence de la création d’un Etat pour les Juifs. Aujourd’hui, Alfred Dreyfus a enfin pris racine en Israël. Installée sur le Sentier de l’Indépendance, sa statue figure dans tous les itinéraires des visites éducatives et culturelles destinées aux scolaires et aux touristes. 


A.J.: Anne Hidalgo avait fait le déplacement pour inaugurer la statue avec Ron Uldaï. Quel message voyez-vous dans la présence des maires de Paris et de Tel-Aviv ? 

Y.P.R. : C’était un grand honneur, un événement symbolique et marquant. Nous tenions à ce que cette inauguration se fasse dans le cadre de la saison croisée France-Israël comme une manière de renforcer les liens et l’amitié franco-israélienne. Sur un plan politique, nous avons entendu des messages de vigilance. Cette statue vient rappeler que l’antisémitisme, comme le disait mon oncle, est une bête immonde qui sommeille et se réveille  régulièrement.  


A.J.: Qu’avez-vous ressenti, vous, la famille ? 

Y.P.R. : Une très forte émotion. Cette statue  a été l’occasion de retrouvailles familiales. Nous étions une vingtaine de petits-enfants et d’arrière-petits-enfants descendant de Pierre et de Jeanne. Mon oncle Charles, 91 ans, le fils de Pierre Dreyfus, qui m’a toujours soutenue avait tenu à être présent, comme mon amie Martine Le Blond-Zola, l’arrière-petite-fille d’Emile Zola. Tout le monde était heureux d’être là. 

Powered by Edreams Factory