Default profile photo

27 Juin 2019 | 24, Sivan 5779 | Mise à jour le 26/06/2019 à 18h12

Rubrique Israël

Disparition : Noah Klieger, petit que par la taille

(DR)

Rescapé des camps d’Auschwitz, passager de l’Exodus, journaliste d’exception et infatigable ambassadeur de la mémoire, l’homme de 92 ans, natif de Strasbourg, s’est éteint la semaine dernière à Tel-Aviv.

Paris, 16 juillet 2017. Affaibli et en chaise roulante, Noah Klieger, alors âgé de 91 ans, occupe les premiers rangs de la cérémonie du Vel d’Hiv présidée par Emmanuel Macron. « Tant que je pourrais voyager, je ne manquerai pas ce type d'événements », nous glissait en aparté et avec un brin d’humour celui dont le rideau de la vie s’est définitivement baissé le 14 décembre dernier à Tel-Aviv. 

Pour ce grand témoin de l’histoire, qui est miraculeusement sorti vivant des camps d’Auschwitz grâce à la pratique de la boxe (il y croisera un certain Young Perez), sa vie aura été « une mosaïque de tristesse et de joie, de déceptions et de satisfactions, de plaisirs et de fiertés ». Comme celle d’avoir été parmi les bâtisseurs de l’Etat d’Israël. Habité par l’idéal sioniste, Klieger faisait partie de l’équipage de l’Exodus. «  La période de ma vie la plus marquante reste, sans surprise, mon séjour dans les camps. Là-bas, c’était le désespoir tandis que dans l’Exodus, au contraire, c'était l’espoir ». Passionné par le journalisme, il entre au        Yediot Aharonot en mars 1957. Il y restera toujours attaché tout comme à  l’Equipe où il avait le statut du plus ancien correspondant. Féru de basket, il a couvert pas moins de vingt-neuf Championnats d’Europe non sans avoir eu le luxe de diriger le Maccabi Tel-Aviv entre 1951 et 1969. « Ma retraite, j’aurais dû la prendre il y a 22 ans (rires).


« Dans l’Exodus, c’était l’espoir »

Mais je suis toujours là. C’est le journalisme qui me fait tenir », nous confiait l’intéressé il y a cinq ans depuis les locaux du quotidien israélien situés près des tours Azrieli à Tel-Aviv. En véritable marathonien, Noah Klieger a parcouru des milliers de kilomètres dans l’unique souhait de transmettre, de témoigner à travers des conférences sur la Shoah. « Je me suis spécialisé par la force des choses sur ce sujet mais également sur d’autres comme l’histoire de la Seconde guerre mondiale et de l’Allemagne, la presse et la naissance d’Israël », expliquait-il au cours de cet entretien passionnant (Actu J n°1283). Ambassadeur hors pair à la mémoire intacte, il s’était rendu à 150 reprises sur les lieux des camps d’extermination, accompagnant moult personnalités politiques.  Certaines d’entre elles lui ont  rendu un profond hommage comme le Premier ministre Binyamin Netanyahou qui s’est recueilli devant son cercueil et qui a tenu ces quelques mots : « Ton souvenir restera dans le coeur du peuple juif ».

Powered by Edreams Factory