Default profile photo

20 Janvier 2019 | 14, Shevat 5779 | Mise à jour le 20/01/2019 à 16h12

26 janvier - Chabbat Yitro : 17h18 - 18h29

Rubrique Israël

Netanyahou sera-t-il inculpé ?

(flash90.)

L’étau se resserre autour de Binyamin Netanyahou. Shay Nitzan, le procureur adjoint de l’Etat, recommande au procureur général Avichai Mendelblit la mise en examen du 1er ministre dans au moins une des affaires diligentées contre lui.

Il est probable que ce soit l’affaire Bezek-Walla, l’affaire 4000, dans laquelle le 2 décembre la police recommandait la mise en examen de Binyamin Netanyahou pour corruption, abus de confiance et fraude ainsi que celle de son épouse. Le Premier ministre est soupçonné d’avoir accordé, entre 2014 et 2017, des faveurs gouvernementales à hauteur de plusieurs millions de shekels à Shaul Elovitz, principal actionnaire du groupe de téléphonie Bezek. En contrepartie l’influent site d’informations Walla, aussi propriété d’Elovitz, aurait assuré une couverture plus propice à Netanyahou et sa famille. M. Netanyahou est également visé par deux autres enquêtes dans lesquelles la police recommande son inculpation. 

Il est suspecté d’avoir reçu des cadeaux de riches hommes d’affaires pour un montant de 250 000 ?. En compensation il aurait promu leurs intérêts en Israël. 


Pas contraint de démissionner


Et il aurait conclu un pacte avec Noni Moses, l’ex-patron du Yedihot Ahronot. Une couverture plus favorable contre la promesse de faire baisser les activités du Israël Hayom, son principal concurrent. « Il n’y aura rien car il n’y a rien », répète le chef du gouvernement qui dénonce une chasse aux sorcières menée par l’opposition et les médias mais aussi par la police. 

A présent c’est à Avichaï Mendelblit de décider d’une éventuelle mise en examen de Netanyahou qui, même s’il était inculpé, ne serait pas contraint de démissionner. Il semble toutefois peu probable que le procureur général se prononce avant les législatives qui viennent d’être avancées au 9 avril. 

Powered by Edreams Factory