Default profile photo

20 Janvier 2019 | 14, Shevat 5779 | Mise à jour le 20/01/2019 à 16h12

26 janvier - Chabbat Yitro : 17h18 - 18h29

Rubrique Judaïsme

Parachat Vayé’hi : Des enfants méritants

Jacob Bénissant les fils de Joseph (tableau de Jan Victors)

Se peut-il qu’un homme puisse changer la réalité des faits ? Notre paracha répondra oui, à la lecture d’une démarche étonnante de Yaakov : Ephraïm et Ménaché, les enfants de Yossef, deviendront ceux du patriarche. Bien plus. La paracha nous apprendra que ces deux enfants deviendront des tribus à part entière. Mais ce qui intrigue nos commentateurs, c’est la raison de ce changement.

Yaakov a maintenant 147 ans. Il est malade et son fils Yossef, vice-roi d’Egypte, comprend qu’il vit ses derniers jours. Il souhaite qu’il bénisse ses deux fils, Ephraïm et Ménaché, avant qu’il ne quitte ce monde. Il les prend donc avec lui et se rend au chevet de son père. Ce dernier commence à lui rappeler que D.ieu l’avait béni en lui assurant une descendance nombreuse. Puis il rajoute à l’adresse de Yossef : « Et maintenant, tes deux fils, nés en terre d’Egypte (jusqu’à ce que je te rejoigne ici) deviendront comme mes fils Réouvène et Chimone » (1). Pour quelle raison, s’étonnent nos Maîtres, les deux fils de Yossef eurent-ils le privilège extraordinaire de devenir des tribus alors qu’ils n’étaient que les petits-enfants de Yaakov et non ses fils ? Mais le Alchi’h (2), l’un des commentateurs de la Bible pose une autre question : que nous apporte la précision de Yaakov « …jusqu’à ce que je te rejoigne ici » ?


La voie de son père


Cette précision dans les propos de Yaakov est en fait la réponse à la première question : par quel mérite, les fils de Yossef devinrent-ils des tribus ? A la différence de Avraham et Its’hak, les deux premiers patriarches, Yaakov eut une descendance parfaite. Tous ses enfants, sans exception, poursuivirent le chemin du judaïsme tracé par leur père. Mais chez Yossef, l’idée est encore plus forte parce qu’il resta attaché à la voie de son père malgré son exil douloureux en Egypte. On pourrait alors penser que le degré atteint par Yossef se situe au plus haut niveau de la conscience juive.


Le dernier exil


Notre paracha nous donne une réponse. D’un certain point de vue, Ephraïm et Ménaché sont  encore plus haut que Yossef et c’est la raison pour laquelle, Yaakov en fera des tribus. Yossef eut le mérite exceptionnel d’apprendre la Thora avec son père dans ses dix-sept premières années et de plus, en terre d’Israël. Ce potentiel lui donna la force de rester attaché à D.ieu même durant les années d’exil en Egypte. Mais Ephraïm et Ménaché vécurent toute leur jeunesse en Egypte dans un environnement de dépravation et d’idolâtrie sans la présence de Yaakov. On comprend alors les mots de Yaakov : « …jusqu’à ce que je te rejoigne ici ». Tant que Yaakov n’avait pas rejoint l’Egypte, Ephraïm et Ménaché restèrent fidèles à l’héritage de leur grand-père…sans l’avoir connu. C’est cette grandeur d’âme qui les fit devenir des tribus à par entière. On peut voir ici une allusion à notre génération, orpheline de tout héritage et qui, malgré la pesanteur de ce dernier exil revient avec ferveur à sa Tradition. Ne mérite-t-elle pas d’être témoin de la délivrance messianique ? 


Notes 

(1) Béréchith, chap. 48, verset 5

(2) Il naquit en Turquie en 1508, mais vécut une grande partie de sa vie à Tsfath (Safed). Il eut comme élève, le grand kabbaliste Rabbi ’Haïm Vital. Il quitta ce monde environ vers 1600.

Powered by Edreams Factory