Default profile photo

25 Mai 2019 | 20, Iyyar 5779 | Mise à jour le 22/05/2019 à 18h15

Rubrique Régions

Nice : L’hommage à René Cassin

Crédit : DR

Le 70e anniversaire de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Journée d’hommage à René Cassin ont été célébrés à Nice et à Paris.

Le matin, en présence du maire Christian Estrosi, d’adjoints  et d’élèves de l’école élémentaire « René Cassin » de l’Ariane, une plaque en français et niçois a été dévoilée. Après les allocutions, on a procédé au vernissage de l’exposition permanente sur l’action et l’œuvre de René Cassin. Les enfants ont chanté avec la Musique des Sapeurs-Pompiers. Un livret pédagogique  français/nissart sur René Cassin a été présenté.

L’après-midi, au Panthéon, en présence du premier magistrat, accompagné de son épouse et des adjoints, ainsi que de Marek Halter et de la députée Marine Brenier, six élèves ont déposé une gerbe sur la tombe de cet humaniste et des fleurs sur celle de Simone Veil, avant de lire des lettres.

Le lendemain, à Nice, au Centre Impératrice Eugénie, des élèves de CM1-CM2 ayant participé à un concours organisé par la Caisse des Ecoles ont vu un film sur René Cassin en présence de son réalisateur Aubin Hellot.


Prix Nobel de la Paix en 1968

Né à Bayonne en 1887, René Cassin a vécu dans le quartier Saint-Roch à Nice et fréquenté le lycée Masséna. Homme de Lettres et de Sciences, avocat, professeur de droit, il s’engagea dans les deux  guerres mondiales puis dans des organismes en faveur des anciens combattants. Ce résistant de la première heure devint vice-président du Conseil d’Etat. Principal rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, membre du Conseil Constitutionnel, président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, il a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1968. Décédé à Paris en 1976, il est entré  au Panthéon en 1987. 

Powered by Edreams Factory