Default profile photo

19 Mars 2019 | 12, Adar II 5779 | Mise à jour le 18/03/2019 à 12h51

Rubrique France/Politique

Quatre ans après, émotion et recueillement devant l’Hypercacher

Une foule silencieuse a assisté mercredi à la commémoration organisée par le CRIF devant l'épicerie cachère en mémoire des victimes de la prise d'otages du 9 janvier 2015.

Une foule nombreuse et silencieuse s’est recueillie, sous un froid glacial, sur les lieux de l’attentat meurtier du 9 janvier 2015. Ce vendredi là, Porte de Vincennes, Yohan Cohen (zal), Philippe Braham (zal), François-Michel Saada (zal) et Yoav Hattab (zal) étaient sauvagement assassinés à l’intérieur de l’Hypercacher. A l’occasion des commémorations marquant le quatrième anniversaire de cette triste date, le devanture du supermarché était estampillée d’une kyrielle de pancartes, avec, en tête, celle-ci : « Assassinés parce que juifs ». Les autres portaient le nom d’un attentat ou d’une attaque antisémite (Pittsburg, Toulouse, Nice, Sarah Halimi, Mireille Knoll...). Organisée sous l’égide du CRIF, la cérémonie s'est ouvert avec la chanson «Hypercacher» de Renaud relayée par les enceintes. Puis, dix bougies ont été, tour à tour, allumées par les personnalités présentes aux premiers rangs : le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Anne Hidalgo... En choisissant un tel protocole, les organisateurs ont voulu rendre rendre hommage, non seulement aux victimes de l’Hypercacher, mais aussi à celles de Charlie Hebdo ou plus dernièrement celles de Strasbourg. L’émotion et la gravité du moment se lisaient sur bon nombre de visages.

« Je suis venu pour me recueillir », nous a glissé un ex-otage de l’Hypercacher, préférant garder l’anonymat. Et de poursuivre, le regard fixé vers l'inscription du magasin. « Je n’oublierai jamais ce que j’ai vécu là-bas il y a quatre ans ». Un peu plus tôt dans la soirée, à quelques mètres de là, la municipalité de Saint-Mandé (94) avait organisé devant le jardin des oliviers « Paix et fraternité » une cérémonie d’hommage aux victimes et otages de l’attaque de l’Hypercacher et aux différents attentats survenus sur le sol français. « Il y a quatre ans tout juste, nous étions dans une zone de guerre. Nous ne pouvons pas oublier », a dit avec force le maire de la ville Patrick Beaudouin (LR) avant que la prière pour la République ne soit récitée par le Grand rabbin de France, Haïm Korsia.

Powered by Edreams Factory