Default profile photo

20 Juin 2019 | 17, Sivan 5779 | Mise à jour le 19/06/2019 à 17h54

Rubrique Judaïsme

Parachat Ytro : Les désirs du cœur

(Flash90.)

C’est le texte le plus fondamental du judaïsme puisqu’il contient toute la Thora, selon les mots de Rabbi Saadia Gaone (1). Mais au-delà de ce particularisme, les dix commandements, thème central de notre paracha, sont aussi devenus la base de la morale des nations. Toutefois une différence de taille existe entre les deux conceptions : pour le judaïsme, même l’ordre dans lequel ils furent donnés au Sinaï est aussi source d’enseignements.

A ce propos, le fameux commentateur espagnol Ibn Ezra (2) pose une question essentielle. De prime abord, les neuf premiers commandements font appel à la réflexion : on peut facilement convaincre un homme de croire en D.ieu, de respecter ses parents, de ne pas tuer, parce qu’intellectuellement la soumission à ces ordres est évidente ou tout au moins possible. Mais le dixième commandement, l’interdit de la convoitise, se situe sur un autre registre : « Comment pouvons-nous empêcher un homme de ne pas convoiter une belle chose ? » demande ce commentateur. En d’autres termes, on peut commander et raisonner l’esprit mais peut-on ordonner le cœur ?


Des sentiments défectueux 

La conscience humaine se ramifie en deux pôles : l’intellect et les sentiments. Toute la vie d’un homme est un balancement continuel entre ces deux axes et bien souvent, ces deux orientations se confondent, au point qu’il est parfois difficile de savoir si l’homme a pensé ou a exprimé un sentiment. Prenons un exemple de la vie quotidienne : un enfant commet une faute et le père va réfléchir à une punition mais dans le même temps, la faute est si grave (à ses yeux) qu’il se met en colère. Quelques secondes plus tard, il décide d’une punition. A-t-il réellement réfléchi ? Dans la majorité des cas, la réponse est non car sa réflexion a fonctionné sous l’emprise  du sentiment de colère. Et bien souvent la confrontation entre ces deux territoires est à l’avantage des sentiments. Pourquoi en est-il ainsi ? Il nous faut rapporter ici, une grande règle de la psychologie humaine : si l’on doit définir un individu, ce sont les sentiments et son caractère qui seront le repère mais pas l’intellect. Parce que les idées sont les mêmes chez chacun. Tout le monde sait que trois et deux font cinq. Par contre, les sentiments d’amour, de rancœur, de jalousie, de mépris et autres, sont variables d’un individu à l’autre et sont toute sa personnalité. Et nos Maîtres de conclure que tout le travail de l’homme sur terre, consiste précisément à modifier ses sentiments défectueux.


L’étude de la Thora

Il sera à présent possible de répondre à notre question. Il est effectivement très difficile de contrôler un désir. Difficile, mais pas impossible, et c’est la raison pour laquelle, le dernier commandement, l’interdit de la convoitise, est le commandement final qui vient à la suite de tous les autres. Les neuf premiers commandements font       appel à la réflexion. Par l’étude de la Thora, l’homme va apprendre à croire en D.ieu, à ne pas être idolâtre, à respecter ses parents, à ne pas voler, en bref, à élaborer une réflexion véritablement juive. Sa tête aura alors la force d’influencer les désirs du cœur pour les contrôler et les mettre exclusivement au service de la Thora. 



Notes

(1)  Une des sommités du monde de la Thora de l’époque babylonienne (892-942)

(2) Commentateur du sens simple de la Bible (1089-1164)

Powered by Edreams Factory