Default profile photo

25 Mars 2019 | 18, Adar II 5779 | Mise à jour le 21/03/2019 à 18h35

Rubrique France/Politique

L’UEJF obtient gain de cause à Paris 13

Elie Hatem

C’est d’un « commun accord » avec le professeur incriminé, Elie Hatem que l’université de Bobigny a mis fin à ses cours. Un dénouement salutaire, mais en-deçà de ce qu’aurait pu faire le président de cette faculté, estime l’association estudiantine qui a mené la bataille.

Jeudi 30 janvier dernier, Sacha Ghozlan, le président de l’Union des Étudiants Juifs de France, avait fait irruption dans le cours d’Elie Hetem, professeur de Droit à l’université de Paris 13, pour alerter ses étudiants sur le fait que leur enseignant était connu pour ses propos racistes. « Il a participé à beaucoup de conférences ces derniers mois, des conférences où il rend hommage à Pétain, où il appelle à appliquer intégralement les théories de Charles Maurras, donc des propos assez virulents », avait expliqué le leader de l’association estudiantine, qui demandait « l’exclusion définitive » de cet avocat franco-libanais d’origine maronite, membre du comité directeur de l’Action française depuis 1983 et adepte de certaines théories complotistes. 

Outre cette opération, l’UEJF avait dénoncé cette présence via un courrier au président de ladite faculté, ainsi qu’à la ministre de l’Enseignement supérieur, à la Conférence des présidents d’université ainsi qu’à la Dilcrah (délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et à la haine anti-LGBT). 

Avec autant de monde prévenu, la direction de l’Université ne pouvait plus faire la sourde-oreille. Dans un communiqué publié lundi 18 février, elle a annoncé « la fin des cours » de cet « intervenant professionnel ». « En raison d’un risque de trouble à l’ordre public, Elie Hatem et le Président de l’Université Paris 13, Jean-Pierre Astruc, d’un commun accord, ont décidé l’arrêt des enseignements de droit des associations dans le Master professionnel ‘Management des Organisations sanitaires et sociales’ ». 

Si le résultat est là, ce communiqué n’est pas la hauteur des attentes. « Je regrette que la présidence de l’Université n’ait pas été capable de prendre une décision plus ferme qu’un commun accord pour exclure un tel professeur », estime en effet le président de l’UEJF.

Powered by Edreams Factory