Default profile photo

19 Février 2019 | 14, Adar I 5779 | Mise à jour le 18/02/2019 à 12h46

Rubrique Israël

Festival So French So Food

Au programme du Festival, une masterclass a été organisée (DR)

En Israël la table est déjà dressée pour accueillir du 9 au 14 février le Festival So French, So Food organisé par l'Ambassade de France et coparrainé par Guillaume Gomez, chef du palais de l'Elysée et le chef israélien Shalom Kadosh.

Une semaine vouée au rayonnement de la gastronomie française et surtout à l'échange de savoir-faire et d'expériences entre chefs français et israéliens. Car la cuisine c'est avant tout un partage et une langue universelle. 

Chaque année depuis 7 ans, à la même époque, c'est une drôle de brigade qui atterrit en Israël. Des chefs français, la plupart étoilés, emmenés par Guillaume Gomez, chef du palais de l'Elysée, délaissent leur cuisine pour faire découvrir la gastronomie à la française aux Israéliens. Et jouer sur le piano de restaurants partenaires des partitions culinaires à quatre mains avec les grands chefs du pays. Ils seront 15 cette année ainsi qu'un maître pâtissier et un maître boulanger à faire le voyage. 

Des chefs israéliens de plus en plus nombreux à ravir les papilles un peu partout dans le monde et à être distingués par les magazines internationaux. Parmi eux, l'original Eyal Shani avec ses Miznon à Paris, Vienne, Melbourne ou New York. Il y met tout en pita transformant ce petit pain rond en véritable produit gourmet. Le très médiatisé Assaf Granit qui a exporté son Balagan à Paris. Il y a été nommé meilleur chef étranger et a reçu les remerciements d'Anne Hidalgo, la maire de la capitale, pour sa contribution à la gastronomie et à la diversité de Paris. Son restaurant de Londres The Barbary caracole en tête du classement du magazine Time Out des 100 meilleurs restaurants de la capitale britannique. Sans compter que les restaurants israéliens jouent aujourd'hui dans la cour des grands. Ils sont plusieurs à figurer parmi les meilleurs au monde et le Guide Michelin 2018 en a mis à l'honneur plusieurs dizaines.

C'est peu dire que la mayonnaise a pris, car le festival de la gastronomie française est l'un des événements culturels français les plus attendus en Israël. Un festival qui  « célèbre les liens exceptionnels qui unissent la France et Israël sur le terrain convivial de la gastronomie », se félicite Hélène le Gal, l’ambassadrice de France. Au menu, dégustations, conférences, dîners, ateliers, masterclass et un banquet philosophique. Avec comme chaque année, une région mise à l'honneur. Cette fois, c’est la région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, une région riche en trésors culinaires. Mais la cuisine se devant avant tout d'être généreuse, le festival a traditionnellement une dimension caritative et met à l'honneur des institutions remarquables. Cette année, Neve Tirtsa, la seule prison pour femmes en Israël, qui réalise un travail d’accompagnement et de réinsertion exceptionnel. Guillaume Gomez et Dan Aboulkheir, le chef de la Résidence de France, y animeront un atelier cuisine pour les détenues et leurs enfants, avec en salle Nechama Rivlin, l’épouse du Président de l’Etat d’Israël. 

Powered by Edreams Factory