Default profile photo

21 Mai 2019 | 16, Iyyar 5779 | Mise à jour le 17/05/2019 à 13h36

Rubrique Israël

TIPH : Pas de condamnation à l'ONU

(DR)

Après le refus israélien de reconduire le mandat des observateurs déployés à Hébron, les Etats-Unis se sont opposés à la condamnation de l'Etat hébreu par le Conseil de sécurité.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni le 6 février pour débattre à huis-clos de la décision israélienne de mettre un terme au mandat de la TIPH,  la force d'observation internationale déployée à Hébron, n'a publié aucune déclaration en raison de l'opposition des Etats-Unis qui ont bloqué la procédure.  

La TIPH (Présence internationale temporaire à Hébron) avait été mise en place après le massacre commis en 1994 au Caveau des Patriarches par Baroukh Goldstein qui avait fait 29 morts palestiniens. Son mandat avait été inclus en 1997 dans l'accord sur Hébron, seule grande ville des territoires à n'être pas entièrement passée sous contrôle palestinien. 

Ce groupe de 64 observateurs était constitué de représentants de cinq pays : la Norvège, le Danemark, la Suisse, l'Italie et la Turquie. Son mandat était renouvelable tous les six mois et à la fin du mois de janvier,  M. Netanyahou a annoncé qu’il désirait mettre un terme à son activité. Les Palestiniens ont protesté contre cette décision.

La question a fait l'objet d'un débat au Conseil de sécurité de l'ONU où un projet de déclaration déplorant la décision israélienne et appelant au calme, qui avait été soumis par le Koweït et l'Indonésie, a été rejeté en raison de l'opposition des Etats-Unis. Pourtant, « il y avait presque  unanimité sur l'inquiétude » suscitée par  la décision israélienne, si l'on en croit le président en exercice du Conseil, l'ambassadeur de Guinée équatoriale, Anatolio Ndong Mba. 

Powered by Edreams Factory