Default profile photo

19 Mai 2019 | 14, Iyyar 5779 | Mise à jour le 17/05/2019 à 13h36

Rubrique Israël

Chabbat : Guerre de religion à Tibériade

Ron Kobi (Flash90.)

Le nouveau maire de la ville du nord d'Israël a engagé un bras de fer avec la communauté harédite. Sa ligne de bus fonctionnant le samedi exacerbe les tensions politiques, déjà attisées avec les musulmans.

Ron Kobi se déplace désormais avec une protection policière. Depuis qu'il a ouvert le 9 février une ligne d'autobus pilote gratuite, qui relie le quartier haut de la ville à la promenade en bord de lac pour permettre un accès au site durant le Chabbat, le maire de Tibériade est au cœur d'une polémique publique. Visé par des insultes et des menaces sur les réseaux sociaux – Ron Kobi affirme même avoir fait l'objet d'une malédiction – l'édile refuse de céder et accuse le ministre de l'Intérieur et leader du Shas, Arié Derhy, d'être à l'origine de la campagne lancée contre lui. 

« J'ai été élu pour freiner l'emprise des ultra-orthodoxes sur Tibériade », affirme le maire, qui refuse de céder aux pressions. Kobi avait pourtant fait machine arrière face à la communauté musulmane, quand il avait abandonné son projet de transformer une mosquée désaffectée en musée. Le maire de Tibériade avait expliqué qu'il devait trouver des solutions pour les nombreux lieux de culte musulmans laissés à l'abandon dans sa ville et qu'il fallait entretenir.

Le compromis semble en revanche plus difficile à atteindre avec les ultra-orthodoxes qui représentent une véritable force politique à Tibériade depuis maintenant une vingtaine d'années. Lors d'un rassemblement de protestation il y a quelques jours à l'initiative de rabbins de la ville, des voix se sont fait entendre pour l'arrêt du paiement des taxes municipales. Ron Kobi, qui, trois mois après son élection, n'est toujours pas parvenu à former une coalition au conseil municipal, assure pourtant qu'il ne cèdera pas le premier.

Powered by Edreams Factory