Default profile photo

19 Mai 2019 | 14, Iyyar 5779 | Mise à jour le 17/05/2019 à 13h36

Rubrique Israël

Le Procureur Général décide la mise en examen sous réserve d'audition de Benyamin Netanyahou

Fraude, abus de confiance et corruption, les charges auxquelles devra répondre le Premier ministre israélien. Benyamin Netanyahou et le Procureur Général Mandelblit (Flash90)

Situation inédite : à 40 jours des élections, le Premier ministre israélien va faire campagne avec une menace d'inculpation.

Dossier 1000 : dit "dossier des cadeaux". Charges : fraude et abus de confiance. Faits reprochés : plus d'un million de shékels de cadeaux reçus d'hommes d'affaires.

Dossier 2000 : dit "dossier Noni Moses". Charges : fraude et abus de confiance. Faits : contacts avec le patron du journal Yediot Aharonot pour limiter la diffusion d'un journal rival en échange d'une couverture positive.

Dossier 4000 : dit "dossier Walla et Bezeq" Charges : fraude, abus de confiance et corruption. Faits : passe-droits au patron du groupe de télécom en échange d'une couverture positive sur son site d'infos. C'est le plus grave des trois.

Le Procureur Général Avichaï Mandelblit a décidé d'attendre le 10 avril, lendemain des élections, avant de publier le détail des enquêtes, répondant ainsi partiellement à la demande des défenseurs de Benyamin Netanyahou.

Le Premier ministre sera entendu pour présenter sa version des faits. A l'issue de cette procédure, qui peut prendre encore plusieurs mois, le Procureur décidera s'il confirme les mises en examen.

Powered by Edreams Factory