Default profile photo

19 Février 2019 | 14, Adar I 5779 | Mise à jour le 18/02/2019 à 12h46

Rubrique Monde juif

Israël : la maison de Rav Kook ne sera pas fermée

Rav Kook en 1924 (Wikipedia)

Grâce à des fonds versés par le ministère chargé de la protection du patrimoine de Jérusalem, la demeure du Rav Kook a pu être sauvée.

Ces derniers mois, la maison du Rav Kook, le premier Grand Rabbin ashkénaze d’Israël et la référence ultime du sionisme religieux, a couru un réel danger. En effet, en septembre dernier, la municipalité de Jérusalem (où est situé le bâtiment) avait ordonné la démolition immédiate de quatre balcons et des marches menant à l’entrée qui, n’ayant pas été réparés à temps, présentaient un réel danger.

La cause de cette « négligence » était à chercher du côté du « statut contesté » du lieu revendiqué, par deux associations distinctes. Ce qui rendait difficile d’allouer des fonds publics en vue des travaux nécessaires. Finalement, une solution légale ayant été trouvée, le ministère chargé du patrimoine de Jérusalem, sous la houlette de Zev Elkin, devrait, bientôt, verser une subvention d’un peu plus de 100 000 euros permettant d’effectuer lesdits travaux… et d’éviter, ainsi, la clôture du site. 

Pour comprendre l’importance de ce dernier, il faut rappeler que le Rav Kook avait emménagé sur place en 1923, soit deux ans après sa nomination au poste de Grand Rabbin. En fait, le bâtiment lui même avait été édifié dans les années 1870. Il était situé, alors, entre les quartiers ‘Nachalat Shiva » et « Mea Shearim » et entouré d’un mur où se trouvait une porte que l’on fermait la nuit. Car, si aujourd’hui, le tout se trouve non loin de la rue Yaffo, extrêmement passante, à l’époque le lieu était plutôt désolé et fréquenté par des maraudeurs et des voleurs! 

En 1922, une aile avait été ajoutée à ce complexe, aile dans laquelle était venu vivre Rav Kook un an plus tard; et qui avait la particularité d’abriter un bain rituel. S’y trouvait, entre autres, son bureau, de taille modeste où pouvaient prendre place quatre personnes au grand maximum. Ainsi qu’une pièce nettement plus grande qu’en 1924, Rav Kook avait transformé en yeshiva, la première, en Erets Israël, où l’enseignement se déroulait en hébreu. Celleci est l’ancêtre de ce qui est, aujourd’hui, la yeshiva « Merkaz HaRav » où étudient plus de 500 élèves. 

Powered by Edreams Factory