Default profile photo

19 Août 2019 | 18, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique Judaïsme

Pourim

Haman, l'homme fort de la cour

Portrait d'Haman par Rembrandt (Wikipedia)

Haman est le second dans la hiérarchie perse. Il tient autant à son pouvoir qu'à l'extermination du peuple juif.

Le roi Ahachvéroch ne s'attache que les seigneurs de la plus haute lignée. Haman, fils de Hamedata l'Agaghite, avait donc sa place au plus près du souverain. Mais si l'on remonte encore dans sa généalogie, on découvre sa filiation directe avec Agag, roi d'Amalek. Un pédigrée qui est à lui seul un projet politique. Haman, comme son aïeul, se dévoile d'ailleurs très rapidement déterminé à exterminer le peuple juif. 

L'incident qu'on lui a rapporté au sujet de Mordehaï et son refus de s'incliner devant lui, constitue le prétexte qui lui manquait encore : « Il jugea indigne de lui de s'en prendre au seul Mordehaï (…). Il résolut donc d'anéantir tous les Juifs établis dans le royaume d'Ahachvéroch, la nation entière de Mordehaï », a constaté l'agence Méguila.

Le profil psychologique d'Haman, le persécuteur des Juifs, révèle d'ailleurs une personnalité mue par l'orgueil, la colère et l'ambition. Les signes extérieurs du pouvoir et la richesse matérielle sont aussi importants pour lui que la haine de tous ceux qui pourraient se mettre en travers de sa route. Le Premier ministre d'Ahachvéroch sait aussi comment flatter son souverain et c'est sans aucune difficulté qu'il l'a amené à apposer son sceau à l'édit d'extermination de tous les Juifs de son royaume.

Mais dans le même temps, c'est cette instrumentalisation des institutions de l'Etat et de son souverain pour assouvir ses passions génocidaires, qui pourrait lui coûter très cher, si Mordehaï et Esther réussissent à ouvrir les yeux d'Ahachvéroch. 

Powered by Edreams Factory