Default profile photo

19 Juin 2019 | 16, Sivan 5779 | Mise à jour le 19/06/2019 à 17h54

Rubrique Monde juif

Israël : un pressoir dans les ruines

Les ruines de Korazim (DEKEL SEGEV/NATURE ANDPARKS AUTHORITY.)

Un pressoir datant de l'ère talmudique a été découvert dans les ruines de Korazim, une petite ville juive de Galilée que les Evangiles ont maudit pour avoir refusé le message de Jésus.

Un pressoir, orné de mosaïques, vient d’être retrouvé lors de fouilles effectuées dans ce qui fut le village de Korazim, situé au nord du lac de Tibériade, non loin de Capharnaüm. Celui-ci, habité par des juifs au temps de la Michna et du Talmud (soit entre le 4ème et le 6ème siècle de l’ère commune), est mentionné dans le traité talmudique « Menahot » pour la qualité de son blé : « Le blé de Korazim est recherché pour l’offrande de l’Omer (dans le Temple, ndlr) bien que la ville ne soit pas proche de Jérusalem », y lit-on en effet. Korazim fait, aussi, une apparition dans les Evangiles du fait que les juifs locaux, très attachés à la Torah, avaient rejeté le message de Jésus venu sur place prêcher la bonne parole. Et qui, de ce fait, les avait maudits.

Pour en revenir à la découverte de la semaine dernière, l’archéologue Ahiya Cohen Tavor qui dirige les fouilles, a souligné que, « contrairement à la plupart des pressoirs, qui sont situés dans des sites agricoles, celui ci se trouve dans le village lui même »; et que « les agronomes avaient aussi investi dans la décoration de son sol avec une mosaïque représentant des carrés et des losanges ». Le même a ajouté que les viticulteurs foulaient les raisins sur ce « carrelage » et que le pressoir abritait aussi une meule pour extraire le reste du jus. Qui était, ensuite, mis à fermenter dans des amphores.

Cette nouvelle découverte devrait encourager la poursuite des interventions archéologiques à Korazim. « Nous sommes déterminés à compléter l’excavation puisqu’il s’agit, ici, de la seule mosaïPque dans cet ancien village… du temps du Talmud » a, en effet, déclaré Dekel Segev qui est le directeur du « Korazim National Park ». « Il y avait ici des juifs qui buvaient et qui produisaient du vin ainsi qu’une huile d’olive très spéciale, sans oublier une « industrie » du blé, a-t-il poursuivi. Le pressoir offre une autre preuve du caractère unique de ce village avec tous ses éléments qui incluent des maisons privées… un bain rituel et, bien entendu, la magnifique synagogue ».

Celle-ci, de taille imposante, située dans la rue principale du village, et construite en basalte sur un talus (d’où la présence de marches pour y accéder) a été édifiée en « style romain ». Orienté vers le sud, c’est à dire vers Jérusalem, le bâtiment possédait trois entrées et était surmonté d’un fronton richement décoré que l’on peut encore voir. A noter que, lors de fouilles antérieures, un siège sculpté dans la pierre, dit siège de Moshe, probablement destiné au responsable spirituel de ce lieu de culte, a aussi été découvert sur place .Où ne demeure que sa copie puisque l’original se trouve au Musée d’Israël dans la capitale.

Powered by Edreams Factory