Default profile photo

23 Septembre 2019 | 23, Elul 5779 | Mise à jour le 23/09/2019 à 15h27

Rubrique Moyen-Orient/Monde

Prison à perpétuité pour Nemmouche

(Capture écran video)

Le djihadiste français, reconnu coupable des quatre assassinats terroristes commis le 24 mai 2014, écope de la peine maximale conformément aux réquisitions du procureur. Nacer Bendrer, désigné co-auteur, est quant à lui condamné à quinze ans de prison.

C’est après huit heures de délibérations que le jury du procès de la tuerie du Musée juif de Bruxelles a rendu son verdict, dans la nuit de lundi à mardi 12 mars. Mehdi Nemmouche, déjà reconnu coupable la semaine précédente, a été condamné à la réclusion à perpétuité pour les assassinats du couple Riva, de Dominique Sabrier et d’Alexandre Strens. Nacer Bendrer, désigné « co-auteur » pour avoir fourni les armes utilisées dans cet attentat, écope de quinze ans de prison. Une peine inférieure de moitié à celle que réclamait le parquet mais qui se justifie, a expliqué la cour, par les « regrets paraiss[ant] sincères » dudit complice. 

Des regrets que, en revanche, n’aura pas du tout exprimés Nemmouche. Appelé à dire un mot de conclusion à l’issue de son procès lundi 11 mars, le djihadiste français a lancé un « la vie continue ! » assorti d’une sorte de sourire en coin. Une attitude conforme à celle pour laquelle il a opté durant tout son procès. Emmuré dans un silence, semblant aussi dédaigneux, il n’aura formulé qu’une seule phrase, « j’ai été piégé » durant ces deux mois de procès, appuyant ainsi la thèse du complot défendu par son avocat controversé Sébastien Courtoy.

« Cette peine me paraîit tout à fait juste et tout à fait conforme aux deux mois de procès, et aux personnalités très différentes des deux accusés. Un Nemmouche qui a joué de la Justice, qui a refusé à sa façon ce procès (…) et un Bendrer qui a reconnu, non pas sa culpabilité, mais une justice, notre système judiciaire », a estimé, à l’issue de l’audience, Vincent Bodson, l’avocat de la famille Riva. 

Les peines prononcées contre les deux hommes sont désormais non susceptibles d’appel. Elles sont aussi assorties d’une « mise à disposition du tribunal d’application des peines » de quinze ans pour Mehdi Nemmouche et de cinq ans pour Nacer Bendrer. Ce procès, qui était aussi le premier d’un djihadiste se revendiquant de l’État islamique accusé d’avoir commis un attentat sur le sol européen était aussi lourd de sens. Yves Moreau, le procureur l’avait d’ailleurs bien rappelé dans ses réquisitions. « Dans cette affaire et compte tenu du contexte historique en Europe et en Belgique, la fonction d’exemplarité de la peine ne peut pas être sous-estimée », avait-il déclaré.

Powered by Edreams Factory