Default profile photo

19 Août 2019 | 18, Av 5779 | Mise à jour le 08/08/2019 à 12h19

Rubrique Régions

Mulhouse : Intronisation du rabbin Amar

(DR)

Le rabbin Mardochée Amar a été officiellement intronisé rabbin de Mulhouse dimanche 10 mars dans une synagogue pleine à craquer.

Le rabbin Elie Hayoun, en poste à Mulhouse pendant trente-quatre ans, a pris sa retraite au mois d’octobre pour s’installer à Jérusalem auprès de sa famille. Le rabbin Mardochée Amar, rabbin « à » Mulhouse depuis trois décennies – il avait notamment la charge du mynian séfarade et de la jeunesse - est devenu rabbin « de » Mulhouse au cours d’une grande cérémonie qui a réuni toute la communauté mulhousienne, de nombreux élus locaux et des personnalités comme le grand rabbin de France Haïm Korsia. De simples Mulhousiens (dont des musulmans qui aiment converser en arabe avec le rabbin) étaient aussi présents en nombre dans la foule, venus saluer cet homme chaleureux et communicatif. « Le maire de Mulhouse, c’est notre rabbin à tous », a affirmé l’ancien maire de la ville et actuel président de la région Jean Rottner. La présidente du conseil départemental, Brigitte Klinkert, a évoqué « les blessures terribles » qui frappent aujourd’hui la communauté juive ; « Nous qui ne sommes pas juifs, nous voulons nous tenir debout, avec vous », a-t-elle ajouté. 


« La compta ce n’était pas pour moi, je suis plus fait pour les relations humaines »

Mardochée Amar est né à Meknès, au Maroc, il y a bientôt soixante ans. Il a quitté sa terre natale à l’adolescence pour faire ses études à la yeshiva d’Aix-les-Bains puis au centre Eshel de Strasbourg. Titulaire d’un diplôme de comptabilité, il réalise rapidement que « la compta, ce n’était pas pour moi, je suis plus fait pour les relations humaines ». Cet élève du rav Haykin et du rav Guershon commence sa carrière dans des Talmud-Torah en banlieue parisienne avant de devenir rabbin à Lunéville, en Lorraine, où il passe trois ans. Il s’installe à Mulhouse en 1989 et se montre très actif dans de nombreux domaines, toujours accompagné par son épouse Simone, connue pour son hospitalité, avec laquelle il a cinq enfants. Faire en sorte que le mynian quotidien puisse continuer dans la ville natale d’Alfred Dreyfus est l’un des défis qui attendent le rabbin. La communauté mulhousienne est comme la plupart des moyennes et petites communautés juives, touchée par le départ des jeunes vers Israël. Le dynamisme d’un rabbin convaincu « qu’il faut rapprocher les gens de la Torah et pas l’inverse » ne sera pas de trop pour donner un véritable avenir au judaïsme mulhousien.

Powered by Edreams Factory