Default profile photo

19 Juin 2019 | 16, Sivan 5779 | Mise à jour le 19/06/2019 à 17h54

Rubrique France/Politique

Prison ferme requise après des menaces de mort contre Meyer Habib

(Capture d'écran Facebook)

Dans la série, « je me fais insulter et menacer parce que Juif par des anonymes haineux et lâche sur les réseaux sociaux », il y en a un qui en a pour son compte tout au long de l’année, c’est Meyer Habib.

Sauf qu’au mois de juillet 2018, après avoir reçu de nouvelles menaces de mort pendant plusieurs mois via Facebook, notamment à travers des mises en scène macabres réclamant son exécution, le député de la 8e circonscription des Français de l’étranger a décidé de porter plainte. Et à la suite d’une enquête du pôle de cybercriminalité, un habitant de Sainte-Colombe (Seine et marne) a été identifié. Cet individu, qui comparaissait donc ce mercredi 3 avril devant la chambre correctionnelle de Melun, a basé sa défense sur la fameuse liberté d’expression. « Vous êtes tout à fait libre de penser ce que vous voulez et franchement, le tribunal s’en moque complètement. Mais ici ce n’est pas un tribunal d’opinion, c’est un tribunal de la République, et ce n’est pas pour cela que vous comparaissez aujourd’hui, n’inversez pas les rôles. L‘antisémitisme n‘est pas une opinion, c‘est un délit. Vous devez répondre d’une accusation grave d’incitation à la haine et de provocation à commettre un meurtre sur un député de la République, ce n’est pas pareil ! ». 

Malgré les excuses de l’accusé à l’endroit du député Meyer Habib, le procureur a réclamé 12 mois de prison, dont 5 avec sursis. 

Le jugement sera rendu le 24 avril. 


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory