Default profile photo

19 Juin 2019 | 16, Sivan 5779 | Mise à jour le 19/06/2019 à 17h54

Rubrique Israël

Bolsonaro à Jérusalem

Le président brésilien Bolsonar en compagnie de Binyamin Netanyahou au Kotel. (Flash90)

La visite officielle du président du Brésil en Israël confirme le resserrement des relations bilatérales, même si Jair Bolsonaro devait finalement faire l'impasse sur la reconnaissance de Jérusalem.

Accolades, embrassades et surtout une image forte, celle du chef de l'Etat brésilien au Kotel, le Mur occidental, escorté par le chef du gouvernement israélien, auront alimenté le message de rapprochement voulu par les deux leaders. A quelques jours des élections législatives, Binyamin Netanyahou aurait évidemment aimé ajouter la reconnaissance de Jérusalem par le président brésilien à son tableau de chasse diplomatique. Il aura dû se contenter de l'ouverture d'une mission commerciale à Jérusalem, « dans le cadre des activités de l'ambassade brésilienne en Israël ». 

Il faut dire que le président Bolsonaro, malgré ses promesses de campagne, a dû réfréner son ardeur à reconnaitre officiellement la capitale d'Israël et à y transférer son ambassade. Les exportations vers les pays arabes comptent pour une part non négligeable dans la balance commerciale du Brésil, qui craint des représailles économiques, si son président devait décider de suivre l'exemple de son homologue américain.


De nombreux accords signés

Cela dit, la visite de quatre jours, entamée le 31 mars, du « Trump de l'Amérique latine » en Israël aura confirmé l'embellie des relations entre les deux pays, consécutive à l'élection du président conservateur à la tête du Brésil, alors que Binyamin Netanyahou s'était d'ailleurs rendu à son investiture en janvier dernier. Les deux dirigeants ont signé une demi-douzaine d'accords bilatéraux dans les domaines de la défense, de la sécurité publique, de l'aéronautique, des sciences et de la technologie.


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory