Default profile photo

19 Juin 2019 | 16, Sivan 5779 | Mise à jour le 19/06/2019 à 17h54

Rubrique Israël

Campagne électorale : La dernière ligne droite

(Flash90.)

Moins d'une semaine avant le scrutin du 9 avril, les partis sortent leur artillerie lourde pour tenter d'infléchir les résultats.

Alors que les jeux semblent presque faits et que les sondages font systématiquement état d'une légère avance du parti Kahol Lavan de Benny Gantz sur le Likoud et d'un net avantage de la coalition des partis de droite sur les formations du centre et de la gauche, la campagne électorale s'anime légèrement, chaque camp et chaque parti s'efforçant de jouer le tout pour le tout afin d'infléchir les résultats. 

L'une de ces luttes oppose les petits partis de droite et de gauche aux grandes formations de leur camp qui selon certains pourraient s'efforcer de pomper les mandats de ses alliés potentiels. 

Le Parti travailliste, par exemple, appelle depuis quelques jours, ses électeurs à ne pas accorder leurs suffrages à Kahol Lavan et présente Benny Gantz comme un politicien de droite. De son côté l'ancien chef d'état-major appelle les électeurs de gauche à lui apporter leur soutien pour accroître son avantage sur le Likoud. 

A droite, la situation est un peu plus complexe. Les partis ultra-orthodoxes peuvent compter sur la stabilité de leur électorat ((12 à 13 sièges pour Yahadout Hatora et Shass réunis). Il en va de même pour la Liste des partis de droite, menée par le Bayit Hayehoudi (5 à 7 mandats).  M. Netanyahou ne peut pas s'offrir le luxe de prendre des voix aux petites formations proches du seuil de la représentation, comme Israël Beteinou (Lieberman) ou Koulanou (Kahalon). 


M. Netanyahou ne peut pas se permettre de prendre des voix aux petites formations


Le seul parti dans les réserves duquel le Likoud peut pomper sans scrupule est la nouvelle droite (Hayamin Héhadash) de Naftali Bennett. Ce dernier multiplie donc les attaques contre M. Netanyahou sur les questions de défense nationale afin de retenir sa clientèle électorale.  

Par ailleurs, les offensives de propagande se multiplient et se font de plus en plus violentes. Après les « révélations » sur le piratage du téléphone portable de Benny Gantz par les services secrets iraniens, d'autres informations « gênantes » sur l'ancien chef d'état-major et sa femme ont paru dans la presse, qui a également diffusé des enregistrements où le leader de Kahol-Lavan envisage, en privé, de se joindre à un éventuel gouvernement Netanyahou après les élections. 

De son côté, le Premier ministre a été accusé d'avoir détenu des actions d'une société liée au groupe ThyssenKrupp, qui a fourni ses sous-marins à Tsahal. On lui a également reproché d'avoir donné son accord à la livraison par cette firme allemande de submersibles à l'Egypte…

On a assisté le  1er avril à une nouvelle offensive. Le journaliste Ronen Bergman a publié dans le quotidien Yedio Aharonot et dans le New York Times les résultats d'une étude selon laquelle des centaines voire des milliers de « robots » diffuseraient simultanément sur les réseaux sociaux des messages favorables à M. Netanyahou. Mais aucun lien direct n'a pu être établi entre ces comptes fictifs et le Likoud. Le parti Kahol Lavan a porté plainte contre ces « menées illégales ». Mais certains des prétendus robots, se sont fait connaître et ont affirmé qu'ils étaient des êtres humains de chair et de sang.  M. Netanyahou a lui aussi démenti ces informations.


Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory