Default profile photo

10 Décembre 2019 | 12, Kislev 5780 | Mise à jour le 04/12/2019 à 18h11

Rubrique Israël

Gaza : Le Hamas en embuscade

Yahya Sinouar, le leader islamiste de Gaza (DR)

L'organisation islamiste semblait lever le pied avant de confirmer la grève de la faim dans les prisons israéliennes et de maintenir la pression sur le front de Gaza.

On pensait le mouvement des détenus terroristes palestiniens provisoirement suspendu. Tant du côté du Hamas que du Fatah, les tractations menées par l'administration pénitentiaire israélienne, apparemment avec l'intervention de l'Egypte et de l'émissaire de l'ONU semblaient avoir conduit à un moratoire. Mais le Hamas est finalement passé à l'acte, après avoir annoncé l'échec des pourparlers. Les détenus protestent contre le durcissement disciplinaire mis en place après les récents épisodes de mutinerie. Ils veulent notamment obtenir la levée du brouillage des communications téléphoniques cellulaires et le rétablissement des visites de leurs familles de Gaza. Officiellement, Gilad Erdan, le ministre israélien de la Sureté, affirme qu'il ne se laissera pas intimider, même si le mouvement de grève de la faim devait se solder par des décès de prisonniers. 

Sur le front de Gaza, les émeutes de la fin de la semaine ont été moins importantes. Quelque 11 000 personnes ont répondu à l'appel du Hamas et se sont rassemblées sur plusieurs points de la barrière de sécurité. Les soldats israéliens ont répondu aux jets de charges explosives par des armes de dispersion non létales. Les accrochages ont fait une soixantaine de blessés palestiniens. C'est une nouvelle fois l'action de l'Egypte qui a permis de réduire le niveau de violence. Ce qui n'a pas empêché Yahya Sinouar, le leader islamiste de Gaza d'assurer que le Hamas "gardait le doigt sur la gâchette" et de promettre qu'en cas de nouvelle confrontation, "Israël devrait évacuer non seulement le pourtour de Gaza, mais aussi Ashdod et Tel Aviv ».

Toute reproduction, totale ou partielle, de ce site ou d’un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, et interdite, (…) une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Powered by Edreams Factory